Samedi 20 juin, José Bové est venu apporter son soutien à Michaël Delafosse et Coralie Mantion pour un “Montpellier Unie”. Quartier des Beaux-Arts, l’écologie est en vedette pour faire comprendre les priorités que sont : l’alimentation bio, la relocalisation, et le droit des peuples à se nourrir eux-mêmes.

Il vaut mieux être allé en prison, avant de faire de la politique, plutôt qu’après ! C’est vrai et ça, c’est José Bové. Comme il y a des héros de guerre, il y a des héros en politique. C’est un homme de conviction, capable de résister à l’État pour faire entendre l’urgence d’un changement, voire la nécessité d’une révolution… culturelle et industrielle, dans un premier temps.

En prison à Villeneuve-lès-Maguelone

Rappel : vigilant et convaincu, José Bové veut réveiller les esprits. Il va détruire des plants de riz transgéniques au centre CIRAD de Montpellier, et des semences de maïs transgéniques dans les locaux de la société Novartis à Nérac. Le 22 juin 2003, José Bové est incarcéré à la prison de Villeneuve-lès-Maguelone. Le 2 août 2003, il est libéré à la suite d’une grâce présidentielle à l’occasion du 14 juillet.

Un devoir de résultat

Je serai un maire écologiste, Michaël Delafosse l’a souvent répété et affirmé, lors de cette campagne des Municipales. Aujourd’hui, entre José Bové et EELV, dans cette course pour le 28 juin prochain, cela devient bien plus qu’un engagement ferme. Le programme de Montpellier Unie et ses soutiens balisent un mandat, et lui imposent de fait : un devoir de résultat.

Interview José Bové et Michaël Delafosse : “il est temps de remettre le monde à l’endroit

VOIR AUSSI [VIDEO] Montpellier, Municipales : José Bové soutient Coralie Mantion