Face aux questionnements du candidat, Pierre Soujol, une partie du conseil municipal de Lunel réagit.

VOIR AUSSI : Lunel : Pour Pierre Soujol, le maire « sent le sol se dérober sous ses pieds »

Mardi 19 mai 2020 au soir, une petite révolution a eu lieu avec le vote par le conseil municipal, d’une diminution du taux des taxes foncières. Une diminution, à laquelle le maire de Lunel, Claude Arnaud, s’était opposée, lors de la « première » campagne des élections municipales du 15 mars 2020.

Une diminution de 3 % des taxes foncières

En pratique, le conseil municipal a approuvé les taux des trois taxes ménages pour 2020 avec une diminution de 3 %, sur les deux taxes foncières, pour un total de 20,94 % pour la taxe d’Habitation (sans changement conformément à la loi), 37,92 % pour la taxe sur le Foncier Bâti et 78,23 % pour la taxe sur le Foncier Non Bâti.

Une petite révolution, qui a longuement interrogée l’opposition municipale, et principalement le candidat aux municipales, Pierre Soujol, pour qui ce « volte-face est en réalité une manœuvre politicienne qu’il tente de camoufler par la conjoncture sanitaire et économique« .

Une réaction qui a fait réagir le conseil municipal

C’est, peut-être, Jean-Paul Roustan, 5e adjoint, délégué aux services techniques & à la vie quotidienne, qui charge le plus fort, « même en plein cœur des élections municipales toutes les listes en présence, ont mis de côté le combat politique. C’est ainsi que Mme Plane du Rassemblement National, Mr Berthet du collectif de gauche, ont écrit à Claude Arnaud pour proposer leurs services. C’est un beau geste qui doit être souligné. Toutes les listes ? Hélas non, Pierre Soujol n’a pas eu cet élan de solidarité et son désir obsessionnel de prendre la place du Maire a été trop fort. »

Le constat est simple pour le conseiller municipal, qui a rempilé sur la liste de Claude Arnaud, qui tentera un quatrième mandat le 28 juin prochain, « si la baisse des impôts était une « manœuvre politicienne » elle aurait été présentée il y a 2 mois avant le premier tour. Depuis il y a eu une terrible crise qui semble lui avoir échappée ».

Même son de cloche du côté, de Jean-François Larribet, 1er adjoint, délégué aux Finances, « je tiens à rappeler que M. Pierre Soujol, en décembre 2018, avait déjà voté et accepté, le Budget Primitif 2019, avec une fiscalité communale sans évolution des taux. Par une volte face de dernière minute, en mars 2019, il avait décidé, sans en avertir la majorité municipale à laquelle il appartenait depuis 11 ans, de demander une baisse des taux de la fiscalité communale. Cette proposition faite dans la précipitation n’était ni étayée ni chiffrée. Aujourd’hui la situation n’est plus la même et il nous est apparu nécessaire d’agir et d’accompagner, par diverses mesures, les ménages et les entreprises afin de leur permettre de faire face à cette crise hors norme. Cela montre la portée purement électoraliste de la démarche de Monsieur Pierre Soujol et de sa parfaite méconnaissance des règles budgétaires après 11 ans de mandat électoral ».