Pour Julie Frêche, cheffe de file du groupe d’opposition municipale, « La Gauche pour Montpellier », « à Montpellier, se procurer les 2 masques annoncés par le Maire à grand renfort d’encarts publicitaires et d’annonces tonitruantes,  relève plus d’un parcours du combattant que d’une « promenade » de santé ».

VOIR AUSSI : Montpellier : Enquêtes de séroprévalence et tests sérologiques pour lutter contre le Covid-19

Pour la militante socialiste, le chemin d’accès est trop complexe, Julie Frêche détaille, il faut « prendre rendez-vous, attendre plusieurs jours – voire plusieurs semaines -, se déplacer obligatoirement, parfois à l’autre bout de la ville, patienter aux guichets et enfin devoir présenter 3 pièces obligatoires justifiant de son identité et de sa domiciliation pour obtenir le Graal : 2 masques « offerts » par la Municipalité avec l’argent du contribuable ».

À l’image des villes de Toulouse, Clermont-Ferrand ou Béziers, l’élue propose que les masques soient envoyés par voie postale aux Montpelliérains, et « le plus rapidement possible à tous les Montpelliérains sur la base du fichier de la taxe d’habitation (même ceux qui en sont exonérés sont inclus dans le fichier) ».

Une campagne électorale qui ne dit pas son nom ?

À l’image de la Confédération Syndicale des Familles (CSF) de l’Hérault, l’élue municipale, au nom du groupe « La Gauche pour Montpellier », s’indigne des distributions organisées par certains élus municipaux, « en se rendant au domicile ou sur le lieu de l’activité professionnelle de certains Montpelliérains. » « La lutte contre le COVID 19 exige dignité et responsabilité et en aucune manière, elle ne saurait servir des intérêts électoralistes déplacés en cette période de crise sanitaire ».

De même, Julie Frêche demande au nom de son groupe d’opposition, « la tenue d’un Conseil Municipal dans les meilleurs délais », « un débat en Conseil municipal au cours de cette crise sanitaire aurait permis de « faire ensemble plutôt que décider seul » et de débattre sereinement et efficacement sur les modalités de distribution des masques aux Montpelliérains. Contrairement aux grandes villes françaises (Bordeaux, Grenoble, Lille, Lyon, Marseille, Toulouse, Nantes, Nice, Paris, Reims, Rennes, Strasbourg, Toulon, etc),  Montpellier n’a pas réuni de conseil municipal depuis décembre 2019 soit depuis près de 6 mois ! »