[EDITO] « Retrouver dès que possible les 1ers mai, joyeux, chamailleurs parfois, » Macron un brin moqueur ? Jour 46, d’une situation inédite d’urgence, face à un fléau qui frappe toute la planète : Covid-19, apparu au mois de décembre 2019 en Chine.

VOIR : Évolution des cas de Covid-19 en temps réel dans le monde

Mépris de classe dans sa politique, Emmanuel Macron n’aura peut-être rien appris. Ni les Gilets Jaunes ni le coronavirus n’auront su gommer la condescendance d’un jeune président, encordé à des idées faites pour servir « ses riches » ou « ses ultra-riches. »

« Ce premier mai 2020 ne ressemble à aucun autre » accroche en boucle dans une intervention de 2 minutes et 34 secondes. Une intervention qui en d’autres circonstances serait certainement restée inaudible, par le bruit et la fureur de ce 1er mai, pour dénoncer les réformes annoncées de progressistes autoproclamés.

VOIR AUSSI : Le ciel leur est tombé sur la tête, mais ils proposent un manifeste progressiste.

« Les 1ers mai, joyeux, chamailleurs parfois« 

« Retrouver dès que possible les 1ers mai, joyeux, chamailleurs parfois » encore un peu et l’homme sifflerait presque la fin de la récré avec des « chamailleurs parfois… » Ne serait-il pas un brin moqueur, ce président de la République ?

Oubliés les lacrymos, les coups de matraque et les tirs de LBD des dernières fêtes et manifs des travailleurs ? Est-il sérieux : « privé des rituels de cette journée, nous en éprouvons aujourd’hui toute la valeur tout le sens. » Si l’on pouvait être un petit brin moqueur, on pourrait difficilement penser qu’Emmanuel Macron a écrit cela. On pourrait même imaginer que c’est la rédaction d’un petit neveu en classe de troisième, et qu’il lui a dit, pour lui faire plaisir : « chiche ! Je vais la lire pour le 1er mai. » Mais, on ne peut pas… « le jour d’après, quand nous aurons gagné, » peut-être…

« Je saurai aussi, avec vous, en tirer toutes les conséquences»

Reste à trouver, ou à prouver une mutation possible : réelle ou électorale, ou les deux. Les mots avaient été lâchés le 16 mars 2020 par un président de la République entré en guerre contre un virus : « le jour d’après, quand nous aurons gagné, ce ne sera pas un retour au jour d’avant. Nous serons plus forts moralement. Nous aurons appris, et je saurai aussi, avec vous, en tirer toutes les conséquences.» « En tirer toutes les conséquences, » une expression qui semble déjà si lointaine. Alors, comme il avait su y inviter les citoyens, saura-t-il lui aussi : « retrouver ce sens de l’essentiel. »

VOIR AUSSI : Coronavirus COVID-19, pour Emmanuel Macron : « nous sommes en guerre »