C’était le message de l’exécutif : « il ne faut pas porter de masque, quand on n’est pas professionnel de santé. » Volte-face d’un gouvernement aux commandes, pour encore quelques mois. En vue : le port généralisé du masque ? Jour 19, d’une situation inédite d’urgence, face à un fléau qui frappe toute la planète : Covid-19, apparu au mois de décembre 2019 en Chine.

VOIR : Évolution des cas de Covid-19 en temps réel dans le monde

Suivez cet article aujourd’hui [04-04-2020 : Mis à jour tout au long de la journée _]

Vers le port généralisé du masque ?

Le gouvernement n’a cessé de répéter que les masques n’avaient aucune utilité. 17 mars 2020, Jérôme Salomon expliquait aux Français : « je vois plein de gens avec des masques dans la rue. Mais je le répète : il ne faut pas porter de masque, quand on n’est pas professionnel de santé. Ceux-ci doivent être réservés aux personnels soignants. » Puis il précisait même : « il n’y a pas de raisons de porter un masque au quotidien, encore moins dans la rue, si on respecte bien les gestes barrières. »

Port du masque obligatoire ?

Un discours officiel qui a changé dans plusieurs pays cette semaine. En France, après avoir martelé que les masques étaient inutiles contre le coronavirus, quand on n’est pas malade : volte-face annoncée d’un gouvernement aux commandes, pour encore quelques mois, avec peut-être le port généralisé du masque. Vendredi 3 avril, l’Académie de médecine a jugé qu’un masque dit « grand public » devrait être rendu obligatoire, pour les sorties pendant et après le confinement. Le gouvernement Philippe a modifié sa position et a annoncé la fabrication de masques dits « alternatifs. »

Masques : pour l’heure, c’est juste une question de bon vouloir, histoire de ne pas se dédire complètement, mais progressivement. Une avancée tout en finesse du n° 2 du ministère de la Santé, le Pr Jérôme Salomon : « nous encourageons le grand public, s’il le souhaite, à porter […] ces masques alternatifs qui sont en cours de production. »

Même son de cloche, côté américain : « avec les masques, cela va vraiment être sur la base du volontariat. Vous pouvez le faire, vous n’avez pas à le faire. Je choisis de ne pas le faire, mais certains pourraient vouloir en porter et c’est bon, » a déclamé Donald Trump, sur la base de ses entretiens avec d’autres dirigeants. Ce Président américain a déclaré lors d’un point-presse à la Maison Blanche qu’il ne « se voyait pas » porter un masque.

Le pire bilan sur 24 heures : les Etats-Unis ont recensé 1 480 morts supplémentaires du Covid-19 entre le jeudi 2 et le vendredi 3 avril. Au total, le Covid-19 a déjà tué environ 7.400 personnes aux Etats-Unis.

USA : les salaires doublent dans les hôpitaux

Les hôpitaux américains mettent le prix, avec des salaires qui ont pratiquement doublé dans certains États les plus touchés par l’épidémie. État de Washington, premier foyer de l’épidémie sur le continent US, le salaire hebdomadaire a augmenté de 90%. Certains hôpitaux offrent 120 dollars (110 euros) de l’heure aux infirmières, pour 40 heures par semaine. Cela représente un salaire mensuel d’environ 18.000 euros. Idem en Californie, État fortement touché par le Covid 19, l’augmentation atteint les 60%.

Le salaire hebdomadaire moyen pour les emplois d’infirmière se stabiliserait aux alentours 2760 euros par semaine, selon les chiffres du site NurseFly, un site qui propose les offres d’emploi du secteur médical.

Jour 19, bilan en France

Coronavirus : 7.560 morts en France, dont au moins 2.028 dans les EHPAD. 28.143 personnes sont hospitalisées, dont 6.838 sont en réanimation.

Inquiétudes relatives au confinement pris à la légère

Martin Hirsch, le directeur de l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris (APHP) a déploré ce samedi le nombre de personnes présentes dans les rues de Paris, alors que le confinement est encore en place. Des inquiétudes relatives au confinement qui est pris trop à la légère.