Jeudi 19 mars 2020, arrêté préfectoral. Dans le cadre d’une mesure coordonnée par les services de l’État concernant la façade méditerranéenne, la préfecture de l’Hérault a pris un arrêté qui ferme l’accès à toutes les plages du département, jusqu’au 31 mars.

Le préfet de l’Hérault, Jacques Witkowski vient de prendre un arrêté, ce jeudi pour interdire l’accès à toutes les plages du littoral, comme au lac du Salagou.
Selon la Préfecture, la fréquentation semble encore trop importante au vu d’une situation qui exige le confinement. Les services de l’ordre locaux ont noté des regroupements réguliers sur les plages, depuis dimanche. Le beau temps incitant à cette pratique à risque. Cette mesure est une décision à l’échelle du territoire national.

Côte basque, des barrières sont déjà en place

Exemple à Anglet, sur la côte basque, des barrières sont déjà en place. Idem en Nouvelle-Aquitaine, l’accès à certaines plages des îles d’Oléron et de Ré est interdit. Les pistes et liaisons cyclables de ville à ville sont également interdites. Priorité : limiter la propagation du coronavirus après l’afflux de nouveaux arrivants possédant des résidences secondaires sur ces deux îles de Charente-Maritime.

L’arrêté préfectoral est effectif dès ce jour et jusqu’au 31 mars

Les lieux : détail de cet arrêté

Afin de prévenir la propagation du virus covid-19, est interdit jusquau 31 mars 2020, laccès aux plages des communes de La Grande Motte, CarnonMauguio, Palavas Les Flots, Villeneuveles Maguelone, Frontignan, Sète, Marseillan, Agde, Vias, Sérignan, Valras, Mireval, VicLa Gardiole, Balaruc les Bains, Vendres, Méze, Bouzigues, Portiragnes

Également est interdit jusqu’au 31 mars 2020, laccès aux plages du lac du Salagou situées sur les communes de Clermont lHérault, Celles, Lacoste, Liausson, Mérifons, Octon et Le Puech

Rappel sur la notion de sortie de proximité :

La chasse aussi est interdite

En groupe ou en solo, la chasse est interdite. Que ce soit pour la chasse à courre ou les battues aux grands gibiers, c’est fini.

Seules exceptions et avec une autorisation attribuée à des chasseurs désignés : les cas de risque sanitaire, ou d’animaux qui causeraient des dégâts particuliers aux cultures.