Monsieur le Préfet,

Suite aux dernières annonces du gouvernement et conscient de notre responsabilité, nous vous informons que nous avons communiqué à nos syndicats et syndiqué-e-s la fermeture de notre accueil au public, et ce jusqu’à nouvel ordre. Cependant, en tant qu’organisation syndicale de salarié-e-s, nous avons un devoir de vigilance qui, lui, ne peut être suspendu.

Vous êtes le premier représentant de l’État sur notre territoire, c’est pour cela que nous nous permettons de vous adresser ce courrier. Nombre de nos syndicats nous ont alertés sur le manque de mesures prises dans leurs entreprises respectives.

De la simple information à la mise en place des règles d’hygiène préconisées, de la mise en place du télétravail aux mesures de chômage partiel, sans oublier les secteurs non « essentiels à la continuité de la Vie de la Nation » qui restent ouverts, beaucoup d’entre elles sont très loin du compte. Sans rajouter à la lourdeur du climat ambiant, il nous paraît essentiel que vos services veillent à une application stricte des décisions prises, seules à même de protéger les salariés et leurs familles et, bien sûr, afin de pouvoir endiguer la propagation de ce virus dans les délais les plus brefs.

D’autre part, et beaucoup plus inquiétant, nos secteurs de soins et de secours ainsi que ceux qui concernent l’aide à la personne à domicile nous signalent un manque de moyens mis à disposition sur des outils de travail pourtant primordiaux, nous parlons des masques de protection ainsi que des gels hydroalcooliques.

Vos services doivent faire le nécessaire de manière urgente pour ces agents, ces salariés qui sont en première ligne. Nous savons que la situation et les mesures prises peuvent évoluer à tout moment, et vous assurons que notre propos n’est pas de rajouter de l’urgence à l’urgence. À l’heure où tous les médias parlent des mesures prises pour l’économie et les entreprises, il est de notre responsabilité de vous parler des personnes qui les font fonctionner. Nous ne manquerons pas de vous interpeler de nouveau si nécessaire. Sûrs de votre attention, veuillez agréer Monsieur le Préfet, l’expression de nos salutations les plus distinguées.

Le Bureau Union départementale
CGT du Gard