Montpellier : Michael Delafosse veut « redonner du souffle à la culture, et vite ! »

Michaël Delafosse et Zita Inka Chelvi-Sandin (DJ Zita Spagiari) © Charles Dos Santos

« La culture, c’est profondément de gauche ; mais à Montpellier, c’est profondément à l’arrêt, ou quasiment ! » C’est peu dire, que l’état actuel de la culture à Montpellier, mécontente fortement le candidat socialiste aux municipales !

VOIR AUSSI : [VIDEO] Municipales : 65 casiers judiciaires vierges, Michaël Delafosse « la transparence est un gage de confiance »

« On ne recopie pas le passé, on veut inventer un nouvel avenir » cingle Michaël Delafosse. Pour parvenir à ses fins, le candidat ne manque pas d’idées. Les journalistes locaux réunis ce mardi 10 mars dans le tiers lieu branché qu’est le muRum, dans le quartier des Beaux-Arts, ne sont pas venus pour rien. Bien au contraire.

Soucieux de ne pas être trop brutal dans son propos introductif, Michaël Delafosse n’a pas pu s’empêcher de faire un bref résumé des 6 ans de mandature Saurel, dans le domaine de la culture. « Il ne faut pas vouloir mettre au pas la presse, et encore moins le monde culturel », lance l’élu municipal d’opposition sortant, avant d’ajouter « la culture a plus que jamais besoin de bienveillance et de légèreté ». 

« La culture, c’est un avenir radieux à reconquérir et ça ne doit pas être un monde où l’on coupe des têtes », annonce le candidat. Soucieux de « redonner de l’air » au mondillo culturel local, il veut « travailler en synergie entre la municipalité et les lieux culturels existants, et surtout pas dans le conflit et la tension en permanence».

Fier de voir que le « Musée Fabre de Montpellier reste le vaisseau amiral de notre tissu culturel », il veut « cesser l’esprit de chapelle et retrouver un vrai esprit de synergie ». Prenant notamment l’exemple du Domaine d’O et du Jardin des Plantes comme lieux « sous-estimés, sous-utilisés » par la mandature actuelle, lui veut clairement voir de la culture partout, pour tous… et tout le temps.

Assis aux côtés de la jeune DJ Zita Spagiari lors de son point presse, les deux colistiers lancent ainsi l’idée d’un grand « festival de l’art, de la culture et de l’écologie, chaque automne». Ce nouveau projet permettrait de réunir « les amoureux du street art, de l’écologie, et des musiques urbaines ». Affaire à suivre… Si Michaël Delafosse devient Maire de Montpellier dans moins de 3 semaines !

Quid de Montpellier, Capitale Européenne de la Culture ?

Après Lille en 2004 et Marseille en 2013, Philippe Saurel avait publiquement émis en fin d’année 2017 l’idée que Montpellier pourrait devenir Capitale Européenne de la Culture en 2028. Michaël Delafosse s’est emparé du dossier. « Le train est passé et depuis longtemps », gifle l’ancien adjoint à la culture sous Hélène Mandroux, entre 2008 et 2011.

« Aucune mission de préfiguration n’a été lancée, aucune délibération n’a été évoquée en Conseil, à la ville comme à la métropole » argumente Michaël Delafosse avant de conclure, concernant Montpellier, que « sur ce dossier, comme sur bien d’autres, Philippe Saurel a beaucoup parlé, mais n’a pas bossé ses dossiers par la suite ! » Le principal intéressé appréciera.

N’oubliant jamais ses racines socialistes, Michaël Delafosse a tenu à saluer les actions menées depuis 5 ans en faveur de la culture par son « ami auvergnat », Olivier Bianchi, (maire socialiste sortant de Clermont-Ferrand, candidat à sa réélection, NDLR). « Il a pour objectif de faire de sa ville la Capitale Européenne de la Culture en 2028 et lui s’en est donné les moyens », a conclu Michaël Delafosse. Fermer le ban.