Michaël Delafosse abat une carte maitresse, ce matin à quelques jours du scrutin des municipales à Montpellier : sa volonté et sa capacité pour lui, comme pour son équipe à produire 65 casiers judiciaires vierges. Pour le candidat de « La Gauche qui nous rassemble » : « la transparence est un gage de confiance.« 

Déjà dès septembre dernier, Michaël Delafosse avait donné le ton : « j’entends être un candidat, et demain un maire qui ne dépend de rien ni de personne. » Il avait annoncé qu’il exigerait ce devoir de transparence, et d’exemplarité pour tous ses colistiers. Aujourd’hui les paroles et les actes sont au rendez-vous : « la transparence est un gage de confiance entre les citoyens et ceux qui aspirent à porter l’exercice des responsabilités. »

Puis la tête de liste explique : « nous avons la conviction qu’il faut approfondir ce lien de confiance. Et donc l’exemplarité, l’éthique, la transparence, sont pour nous des engagements essentiels. Et c’est un honneur d’avoir à mes côtés Fanny Dombre Coste qui fut parlementaire, et qui a présenté à l’Assemblée nationale en première lecture en 2017, la loi portant à l’obligation d’un casier judiciaire vierge pour les élus… » Une loi qui a été écartée par la majorité LaREM à l’Assemblée nationale lors de son arrivée au pouvoir. L’obligation d’un casier judiciaire vierge n’a jamais existé en France pour les élus. Le candidat Emmanuel Macron l’avait intégrée à son programme, lors de la campagne pour la présidentielle 2017. Le président Emmanuel Macron l’a enterrée.

En revanche l’équipe de Michaël Delafosse considère cette mesure essentielle à l’équilibre de la vie politique, et décide de se l’appliquer pour ces élections municipales des 15 et 22 mars. Chaque personne présente sur la liste a fourni un casier judiciaire vierge, attestant de l’absence de malversations ou de fraudes les concernant. « Ce que nous faisons n’est pas une obligation légale, mais c’est la mise en oeuvre de convictions, et de principes dans lesquels nous croyons, » tient à préciser Michaël Delafosse.

Explications avec Fanny Dombre Coste, n°12 sur liste « La Gauche qui nous rassemble » :

Non-Cumul des mandats

L’action politique est une mission que Michaël Delafosse souhaite mener avec efficacité au regard du programme qu’il propose pour la ville et la métropole. Ainsi, il l’affirme ce jour : « si les Montpelliérains m’accordent leur confiance pour devenir leur maire, soucieux de bien remplir ma mission, je ne cumulerai pas avec mon mandat de conseiller départemental délégué aux finances. » Ce sera donc son suppléant François Lanot qui deviendra conseiller départemental à sa place, aux côtés de Gabrielle Henry.

Formation des élus

C’est une mesure qui s’adressera aux nouveaux élus. La chose politique est complexe, la gestion de la cité est presque une science. Dès le début de son mandat, Michaël Delafosse compte mettre en place « un socle de formation solide pour les nouveaux élus dans les domaines fondamentaux comme les finances et l’urbanisme par exemple. » Plus précis, le candidat insiste sur la réalité, et la pratique de la fonction : « on ne s’improvise pas élu de deux collectivités, métropole et conseil municipal, de 1,3 milliard d’euros de budget. »

Quid des groupes d’intérêts et lobbys ?

Prévenir, rester conscient des situations d’influence ou de conflits d’intérêts. La gouvernance de Michaël Delafosse n’attribuera aucune délégation aux élus dans leur domaine d’exercice professionnel. Et l’ensemble des élus, entendre : y compris l’opposition, devront exercer leurs mandats dans des conditions de transparence, et de bonne information.

Transparence toujours : l’accès aux commissions municipales et métropolitaines sera possible pour tous les élus. « La prise de décision doit être accessible et partagée, » l’objectif de Michaël Delafosse : « il est temps que le respect devienne la valeur dominante du débat politique. »