[VIDEO & ITW] Marine Le Pen, la présidente du Rassemblement national était dans la région Occitanie, pour soutenir « ses » candidats. Entre Julia Plane, candidate à Lunel, et Yoann Gillet candidat à Nîmes, ce samedi 15 février 2020, c’était au tour de Sébastien Pacull à Sète.

« Une forme de révolution culturelle »

L’ancien président LR de l’Hérault est le candidat de l’union des droites et des citoyens pour les élections municipales de mars prochain. « C’est un des représentants de la capacité de rassemblement et d’ouverture du RN. Ça peut paraître évident, mais c’est en réalité une nouveauté […] C’est une forme de révolution culturelle qui a été marquée par le changement du nom : de Front National à Rassemblement National, » explique en introduction Marine Le Pen, avec à ses côtés Jean-Louis Cousin, responsable départemental du parti.

VOIR AUSSI [VIDEO] Municipales : à Sète, Sébastien Pacull travaille à l’unité des Sétois

« Ça consacre l’union des droites et des citoyens que je suis en train de monter »

Pour Sébastien Pacull à propos du soutien de Marine Le Pen : « c’est un moment très important, parce que ça consacre l’union des droites, et des citoyens que je suis en train de monter. » Interview : 

« Le village-monde est très fragile »

Localisme ou préférence locale. C’est devenu son principal axe de campagne en matière économique, la présidente du Rassemblement National a vraiment fait sien le concept de «localisme», depuis les Européennes. Concept mis en place dans les ouvrages d’Hervé Juvin, essayiste et aujourd’hui député européen RN, groupe « identité et démocratie ». Installer une proximité économique, et proximité en termes de démocratie, pour Marine Le Pen : « le village-monde, tel qu’il a été conçu par la finance, et par le marché est en réalité très fragile […] Il suffit d’une catastrophe (exemple pris avec le coronavirus, ndlr) écologique ou sanitaire pour que la machine se mette à l’arrêt… »

« On n’est plus dans la France de Georges Brassens »

Pour faire face à ce village-monde fragile, questions à Marine Le Pen sur l’unité des droites qu’elle explique plutôt comme « un pôle de tous les patriotes attachés à la souveraineté et au bon sens. » Quid de la relation, avec l’indépendant Robert Ménard ? 

Lunel et Sète deux villes emblématiques, face au programme sécuritaire du RN, l’une sort de séquences djihadistes, et l’autre entre avec sa capacité, et peut-être son devoir d’accueil, dans une séquence où il faudra sauver des gens qui meurent en mer. Deux potentiels maires plutôt attendus au tournant sur ces problématiques ? «  On peut pas les accueillir, on ne peut pas ! On n‘a pas les moyens, notre hôpital public est en train de s’effondrer, nos finances publiques sont plus que dans le rouge, notre nombre de pauvres ne cesse d’augmenter […] donc le mieux, c’est de les aider à rester chez eux, » explique Marine Le Pen.

Rappel, Sète une terre d’accueil des migrants espagnols et italiens qui ont construit la ville. Question : Sète, c’est tout de même dans la ville de Georges Brassens, de la chanson pour l’Auvergnat des « quatre bouts de bois, quand dans ma vie il faisait froid. » Mais pour la présidente du Rassemblement National : « c’est marrant, on met toujours plus de coeur pour l’étranger qui arrive, que pour le voisin qui est en train de mourir de faim. » Puis elle explique : « on n’est plus dans la France de Georges Brassens, c’est malheureux ! Bien sûr qu’on aimerait pouvoir soulager la misère du monde […] mais on a des millions de malheureux en France […] Certains trouveront que je suis égoïste, hé bien je trouve que cet égoïsme-là, il est naturel […] Je veux d’abord que les Français puissent vivre correctement. » Question, donc pour l’heure : on leur offre quatre planches en bois ? « Non pour l’heure, on devrait leur offrir la sécurité en fichant les passeurs en tôle… » 

De son côté, Sébastien Pacull usera de la métaphore du frigo vide pour aborder la question des migrants : « Sète c’est un port, c’est une ville ouverte sur le monde, et c’est son histoire qui s’est construite comme cela. Sauf que j’ai un principe très simple, quand j’invite du monde à la maison, c’est que mon frigo est rempli. Aujourd’hui le frigo est vide pour beaucoup de personnes… »

Interview avec Marine Le Pen, présidente du Rassemblement National sur ces thématiques :

  

« Augmenter le pouvoir des maires »

« L’insécurité explose dans le pays […]  dans ce domaine nous avons des résultats dans les mairies RN », assure la députée du Pas-de-Calais. Et à ce niveau, elle s’engage ainsi : « je ferai un certain nombre de propositions au niveau législatif, au niveau national, pour augmenter le pouvoir des maires dans un certain nombre de domaines, et notamment dans le domaine de la sécurité… » Pour Marine Le Pen, le maire est le premier magistrat de la ville et doit être informé « des condamnations pénales qui sont prononcées contre des habitants de la ville […] un des rôles du maire, c’est aussi la prévention et le meilleur moyen de faire cette prévention, c’est d’être informé des condamnations. »

« Nous sommes aujourd’hui les réalistes face aux progressistes … je veux un Sète qui gagne. »

« Volonté de gouvernance, avec un projet pour les citoyens […] ce projet est pour ceux qui veulent une politique réaliste […] Ce qui nous rassemble, c’est que nous avons un président de la République qui est complètement sourd et aveugle aux souffrances de la France. » Puis Sébatien Pacull enchaine : « à Sète, on a un hôpital en déliquescence, avec un maire qui ne peut pas en assumer la présidence, puisqu’il est président de la clinique. Donc concurrent du service public. » 

Proximité, le candidat sétois s’insurge face à « 30% de pauvreté à Sète, c’est énorme. » Contre l’implantation des deux Lidl imposés par François Commeinhes, il préfère le petit commerce, la vie des quartiers et défend sa mutuelle communale pour tous, comme ses navettes gratuites électriques, et une envie de pouvoir créer de l’économie environnementale. La tête de liste de l’union des droites et des citoyens s’est présentée ainsi en conclusion : « nous sommes aujourd’hui les réalistes, face aux progressistes […] je veux un Sète qui gagne. Je veux que les Sétois gagnent en sécurité. Je veux que les Sétois gagnent en richesse. Je veux que les Sétois gagnent en payant moins d’impôts… »

Confirmation de la stratégie du RN au plan national, Marine Le Pen confirme cette posture : « s’ils sont en position de se maintenir, tous nos candidats se maintiendront au second tour, parce que c’est la volonté des électeurs. » Comprendre qu’il n’y pas d’alliance possible. Le Rassemblement national se suffit donc à lui-même, et il saura patienter encore 6 ans, s’il le faut.

Extrait – Conférence de presse