Depuis le 5 décembre, la grève pour le retrait de la réforme Macron- Philippe BlackRock s’étend et s’incruste dans le pays.

Aujourd’hui encore, tous les sondages s’accordent pour dire que plus de 60 % des français veulent son retrait. Tous les jours, de nouveaux secteurs entrent en grève avec cette exigence. Au-delà de l’opinion publique défavorable au projet de réforme, les différentes caisses de retraites comme les institutions, dont la plus haute, celle du Conseil d’Etat, ont toutes acté un avis critique voire négatif. Continuer à vouloir imposer ce projet relève de la part du gouvernement d’un vrai déni de démocratie.

Pour obtenir l’indispensable et juste retrait du régime universel par points, la CGT confirme son complet engagement dans la nécessaire élévation du rapport de force et son inscription dans la durée.

Le rejet de la réforme et la détermination d’obtenir le retrait sont intacts et se propagent de manière inéluctable. 

Pour les agents territoriaux, la réforme des retraites, c’est le passage du calcul de nos pensions des 6 derniers mois à toute la vie professionnelle.Cette bascule brutale entrainera jusqu’à 30 % de baisse du niveau de nos pensions !

C’est pourquoi nous, agent.e.s CGT des collectivités locales de l’Hérault, avons organisé une action ce vendredi 7 février à 13h30 devant la Préfecture à Montpellier. Une centaine de d’agents ont jeté leur tenues et outils de travail sur les grilles de la préfecture : vestes de policiers municipaux, tenue de protection d’éboueurs, blouses d’agents des crèches ou des écoles, ordinateurs, etc. afin de rendre visibles les missions que nous exerçons au quotidien au service de la population !

Mobilisés jusqu’au retrait !
Pour une retraire solidaire et améliorée pour toutes et  tous !