Le rendez-vous incontournable des passionnés de la science et de la connaissance continue sur le mois de février, avec des conférences autour du thème éternel de … l’argent.

Mercredi 5 février 2020 : Genèse médiévale du capitalisme – Dr. Vincent Challet, historien, Université Paul-Valéry de Montpellier

Normalien, agrégé d’histoire, Vincent Challet travaille sur les rébellions médiévales, la structuration des communautés politiques en Languedoc et sur l’histoire du Montpellier médiéval. Ses travaux positionnent le Moyen-Âge comme un tournant décisif qui met en place des formes très élaborées d’association du capital en inventant la lettre de change, forme novatrice de transfert des capitaux. Ces innovations ont provoqué un essor financier et commercial sans précédent dans l’Occident médiéval. D’une certaine manière il n’est pas exagéré de dire que les marchands et banquiers du Moyen-Âge ont été à l’origine du capitalisme.

Mercredi 12 février 2020 : La monnaie versus l’argent…  – Pr. Jean-Michel Servet, professeur émérite, Institut des hautes études internationales et du développement (IHEID) de Genève

Économiste engagé, Jean-Michel Servet a travaillé sur la finance, la socio-économie, le financement du développement, l’histoire de la pensée économique et financière et sur la question des biens communs. L’objectif de cette conférence est de montrer que, contrairement à l’idée couramment acceptée que l’argent est opposé aux liens sociaux, il est possible de faire émerger des pratiques pour développer à nouveau les fondements de ce à quoi sert vraiment la monnaie. Seront discutées des alternatives telles que certains projets de microfinance solidaire et de monnaies locales complémentaires.

Annonce - Pub - Advertisement

Mercredi 19 février 2020 : Taux d’intérêt négatifs : trou noir du capitalisme financier – Jacques Ninet, gestionnaire de fonds d’investissement et chercheur

Jacques Ninet a partagé sa vie professionnelle entre les marchés financiers et l’université. Il explique comment les politiques monétaires non conventionnelles (taux négatifs et créations monétaires) mises en place pour sauver le système financier après la crise des subprimes de 2008 perdurent alors même que l’économie globale semble stabilisée et que les bourses flambent. Cette persistance, dix ans après la crise, est à la fois un indicateur de la faiblesse endémique du système monétaire et financier des pays occidentaux qui fausse le jeu normal de l’épargne autant que celui de l’allocation des ressources.

Mercredi 26 février 2020 : La Libra, nouvelle cripto-monnaie, sonne-t-elle le réveil des banques centrales ? – Dr. Virgile Perret, Observatoire de la finance de Genève

Docteur en science politique de l’Université de Lausanne et expert en innovation monétaire, Virgile Perret propose un éclairage sur la monnaie récemment créée par Facebook, la Libra, qui relance le débat sur les avantages et les risques des monnaies digitales privées. Cette annonce a suscité des réactions contrastées, l’enthousiasme initial de certains adeptes des crypto-monnaies cédant la place à la méfiance des régulateurs. Quelles sont les lignes de rupture et de continuité qu’introduit Libra dans le débat sur la digitalisation de la monnaie, notamment par rapport aux monnaies digitales privées existantes ? Que penser des réactions des banques centrales qui tentent de reprendre la main en créant leur propre monnaie digitale ?

Infos pratiques : Toutes les conférences sont gratuites, pour tout public et se tiendront à 20h à l’Espace Rabelais sur l’Esplanade Charles de Gaulle à Montpellier.

Annonce - Pub - Advertisement