L'Occitanie, c'est aussi la Région du fromage

Lundi 18 novembre en conférence de presse, le maire de Montpellier s’est affirmé « plus socialiste que jamais […] au sens philosophique du terme », comprendre plus humaniste, et entendre à nouveau : le sens d’une doctrine qui veut privilégier les intérêts de la collectivité, contrôlés par l’État, plutôt que ceux de l’individu.

« Je suis socialiste exclu et j’assume mon statut […] mais quand je vois les pratiques du Parti Socialiste, je préfère être en dehors […] Et pourtant, je pense très sincèrement qu’on a besoin d’un parti socialiste […] avec d’autres ambitions […] On a besoin d’une gauche qui ne se résume pas aux insoumis, » explique Philippe Saurel, pour citer ensuite Victor Hugo : « rien n’est plus fort qu’une idée dont l’heure est venue. » Et de conclure : « mais, le temps n’est pas venu … il en va du Parti Socialiste comme d’autres choses … » Le président de la métropole n’a donc pas boudé en ce début de semaine, le plaisir de retourner jouer dans l’arène politicienne : « j’ai trouvé courageux que Monsieur Roumégas dénonce ! Parce que des politiques qui dénoncent des comportements malsains, il y en a peu, très peu. Et j’ai trouvé courageux que Stéphane Herb qui travaille au conseil général dénonce Mr Delafosse conseiller général ! […] Après leur histoire de parti, je m’en fous. » Pour le coup, Philippe Saurel aurait à nouveau pu citer Victor Hugo, mais cette fois avec cette citation : « la moitié d’un ami, c’est la moitié d’un traître.»

« LaREM je n’y comprends plus rien »

Côté investiture : « Sur La République En Marche, je n’y comprends plus rien, franchement je n’y comprends plus rien. Même moi, je suis perdu, c’est vous dire ! Ce qui est sûr, c’est que je ne demande plus ni investiture ni soutien, ça, c’est sûr ! » Affaire réglée, semble-t-il. Mais l’idée première et le début de cette conférence de presse étaient d’éclairer « des affaires importantes ».

Les affaires importantes

SCOT, CHU Montpellier, approbation du PLU et zonage pluvial (Montaud, Fabrègue), en passant par l’emplacement du stade Nicollin, le conflit en CT avec les syndicats et les bons chiffres en termes d’emplois sur la métropole. Avant le conseil de Montpellier Méditerranée Métropole, en introduction son président l’avait expliqué ainsi : « j’ai souhaité mettre l’accent, sur des choses qui peuvent paraître un peu inaperçues, parce qu’en séance publique, il y a la joute politique, mais qui sont importantes sur le fond … Ce soir nous avons des affaires très importantes à traiter… »

Schéma de Cohérence Territoriale

SCOT n’est pas une marque de fringue, mais bien un « document fondamental, c’est la feuille de route de la métropole pour les 50 ans à venir, » comme l’affirme Philippe Saurel. Le Schéma de Cohérence Territoriale (SCoT) définit les grandes orientations d’aménagement du territoire métropolitain. Suite à une phase de consultation administrative et publique de novembre 2018 à janvier 2019, le SCoT a été révisé, enrichi pour suivre les objectifs suivants : préserver la richesse environnementale, anticiper l’évolution démographique et ses besoins liés, le développement économique créateur de richesses et d’emplois et adapter le territoire au changement climatique. En clair, il devrait restreindre l’urbanisation à un tiers du territoire et préserverait deux tiers de celui-ci en espace agro-naturels et forestiers.

CHU de Montpellier

La métropole se veut un partenaire privilégié du CHU de Montpellier. D’abord une sorte d’incubateur de start-up pour favoriser la création d’entreprises issues du CHU et veiller à faire émerger des projets de santé innovants, tout en valorisant un établissement créé en 1958 : c’est « l’extracteur d’innovation. » Subvention : 40 000€. Ensuite : « Projet Cyborg » idem, mais un bio incubateur avec pour champs d’action les biotechnologies, objectif : conforter la métropole comme leader dans ce domaine. Subvention : 805 000€. Dans ce pacte métropolitain de l’innovation, on compte aussi le projet neuroradiologie interventionnelle. C’est la création d’une salle d’angiographie cérébrale hybride ( angiographie : radiographie des vaisseaux ) sur le site Gui de Chauliac. Subvention : 378 000€. Le programme « Culture et Santé » avec un partenariat entre le musée Fabre et le CHU générateur de lien social avec des patients atteints de la maladie d’Alzheimer. Autres aspect et inquiétudes, un CHU confronté aux problèmes des inondations : « en partenariat avec les services de l’état … nous avons mis en place un plan de lutte contre les inondations qui permettra au CHU de ne pas être détruit … On en est là, si nous n’arrivons pas à régler les problèmes de l’eau dans les parcelles qui reçoivent les hôpitaux, et bien un jour il faudra penser à transférer complètement le CHU, » précise Philippe Saurel.

Plan Local d’Urbanisme Fabrègues et Montaud

Approbation d’un Plan Local d’Urbanisme (PLU) et zonage pluvial pour Fabrègues comme pour Montaud nécessaires pour intégrer ces communes dans le PLUi (i pour intercommunal) et leur éviter un retour au RNU : le Règlement National d’Urbanisme, plus contraignant selon le président de la métropole.

Stade Louis-Nicollin

Ballon rond et stade Nicollin, Philippe Saurel donne plusieurs informations avec le fait que deux sites sont à l’étude pour recevoir ce futur stade. Un premier site, toujours situé à Cambacérès, en face du lycée Mendès-France, « attention, la proximité du château de la Mogère impose de solliciter l’avis de l’architecte des Bâtiments de France ». Un second site de l’autre côté de l’autoroute, sur la pointe d’Odysseum, mais avec une logistique de parking compliquée. Une décision qui devrait être prise avant les élections municipales donc « avant la fin de l’année » selon le maire de Montpellier.

Dialogue social

C’est en CT comprendre Comité Technique : fait pour étudier et assurer le suivi de l’administration que Philippe Saurel est parti rapidement. Alors que certains lui prêtent l’idée de refuser toute parole contradictoire, l’explication ce jour concernant le CT du vendredi 15 novembre et les rapports houleux avec les syndicats tient en deux points, le non respect d’une procédure, et une lettre de la DGFiP.

« Que s’est-il passé ? […] Les organisations syndicales n’ont pas souhaité que je fasse l’appel. Elles ont voulu intervenir avant de faire l’appel. Moi je suis parti, voilà tout simplement. Et je leur ai dit, on reconvoquera le CT. » Autre point de polémique, la Direction Générale des Finances Publiques note dans un courrier au maire de Montpellier un dépassement des 25 heures supplémentaires autorisées, en pointant les noms, les prénoms et le nombre d’heures pour les employés concernés. Pour Philippe Saurel, parler de cette lettre, c’est ce qui aurait mis le feu aux poudres, puis il précise : « il ne peut pas y avoir des agents qui font 25 heures, d’autres zéro pour des raisons x que je n’indiquerais pas ici, et d’autres qui en font 400, ce n’est pas possible, c’est hors la loi […] quand c’est récurrent, et que c’est toujours les mêmes, la loi le pointe du doigt. Et j’ai reçu un courrier dans ce sens qui me met en cause en tant que maire, donc je suis obligé d’intervenir… » C’est du pénal, Philippe Saurel reste responsable face à la loi, de ces possibles dysfonctionnements. En ce sens, il demande à « chaque service de bien réorganiser le tour des heures supplémentaires de l’ensemble de ses employés pour que les dépassements soient modérés … Je suis obligé d’intervenir, mais comme ça marche sur les platebandes de certains, forcément il y en a qui l’ont mal pris… »

Emplois : les bons chiffres de la métropole

Sourire de Philippe Saurel : « un point important qui ne sera pas en conseil » il présente deux courbes, celle du chômage et celle de l’emploi, établies selon une étude INSEE publiée en septembre 2019 sur la période de 2014 jusqu’à 2019. Lecture : au second trimestre 2019, Montpellier maintient une forte progression de croissance de l’emploi +2,8%. Ce même trimestre le taux de chômage est descendu à 11,3%. À la question si : devant ces chiffres et la période analysée faut-il voir un signe d’annonce possible de candidature ? L’intéressé repousse en forme de boutade, et à la date du dépôt des listes fin février, le concept de campagne.

Campagne ou pas campagne : cap humaniste

« je me suis également engagé à intervenir auprès du CHU pour faire cesser les prélèvements osseux sur les mineurs, sauf cas qui relèvent de la justice et sur lesquels je ne peux rien. » Puis Philippe Saurel explique qu’il interviendra auprès du préfet pour « dédubliner » les migrants. C’est-à-dire permettre aux personnes qui sont en «procédure Dublin» de déposer une demande d’asile en France, si tel est leur souhait. Ainsi en demandant de pouvoir les prendre en charge à défaut de les renvoyer dans le pays où ils ont débarqué, les élus peuvent intervenir pour « permettre à ces personnes qui sont en voie d’intégration de rester sur le territoire. »

Une posture qui semble celle d’un candidat en campagne, mais pour le maire de Montpellier un seul objectif jusqu’en mars 2020 : « moi je m’occupe des Montpelliérains jusqu’à la fin du mandat parce que je m’y suis engagé, et on continuera à faire des choses jusqu’à la fin. »