À Montpellier, à la mairie comme à la métropole, la démocratie est malade : ambiance délétère des conseils municipaux, refus de prêter des salles aux partis d’opposition, faux comptes Twitter…

Vendredi, à l’occasion d’un comité technique, le premier magistrat de la ville a bafoué le dialogue social en refusant aux représentants des salariés la possibilité de s’exprimer.

Pour la France insoumise, la citoyenneté des salariés ne s’arrête pas aux portes du monde du travail.

La liberté d’expression pour les opposants politiques comme pour les salariés est un impératif démocratique.

Pour soigner la ville de l’autocratie, la France insoumise, avec la fédération populaire NousSommes, rappelle sa volonté de mettre en œuvre le référendum révocatoire des élus en cours de mandat et de faire respecter les règles élémentaires du dialogue social et de la démocratie.

Montpellier Insoumis
Julien Colet
Nathalie Oziol