Des robots polyvalents, capables de tout faire, pour les chercheurs de la mission OpenAI, cela passe d’abord par la main et le Rubik cube.

Dactyl, la main robotisée a mis quatre minutes pour réussir un Rubik’s Cube. Mise au point par une équipe de chercheurs d’OpenAI, cette main accomplit une prouesse grâce au travail du laboratoire d’intelligence artificielle qui a programmé la main grâce à une nouvelle approche baptisée ADR (Automatic Domain Randomization). Une méthode qui génère un environnement de plus en plus humanisé : fluidité et élasticité des mouvements, friction des doigts sur le cube, précision du toucher, et autonomie. Cette main robotisée est capable d’apprendre seule à manipuler des objets avec une dextérité « vivante » qui nourrit son IA. Les chercheurs qui l’ont développée, ont aussi boosté son intelligence artificielle, pour qu’elle expérimente 100 ans d’apprentissage en à peine une cinquantaine d’heures de simulations.

Annonce - Pub - Advertisement

C’est vrai ! Ce n’est pas nouveau une main qui joue au Rubik cube. Celle de l’humain Yusheng Du, a réussi ce jeu en 3,47 secondes. En juin 2018, un robot du MIT (Massachusetts Institute of Technology) a mis moins de 0,4 seconde. Mais avec cette main robotisée nommée Dactyl, les chercheurs d’OpenAI apportent la démonstration des prochaines capacités dont seront dotés les robots intelligents, capables d’accomplir une variété de tâches sans limites, capables de polyvalence.

La main robotique en OpenAI montre le chemin de la polyvalence, celui aussi de la liberté de toute l’humanité, ou autre possible : celui de sa domination.

Annonce - Pub - Advertisement