L'Occitanie, c'est aussi la Région du fromage

[VIDEO] Samedi 12 octobre, Jérôme Puech candidat pour les municipales de mars 2020, lançait la campagne des socialistes à Nîmes.

Dans la cité des Antonins, l’initiateur du « think thank » Magna Nîmes, a profité  du lancement de campagne : « Réveille Nîmes » pour rappeler sa volonté de rassembler les « forces citoyennes et de gauche ».

Après une intervention d’Amal Couvreur, vice-présidente du Département du Gard et conseillère départementale qui tient à saluer le travail collectif mené par les militants et les citoyens depuis plusieurs mois : « notre ville de Nîmes a besoin de sortir de cette lutte couteuse, stérile […] Notre ville a besoin de réponses apaisées […] Il faut que l’union soit signée d’ici à la fin de l’année. Sinon, nous laisserons la main à la droite ou à l’extrême droite et nous ne pourrons que pleurer. On a une opportunité unique, allons-y ensemble ! »

Une position partagée par le Premier des socialistes, pour qui : « il faut que la gauche soit unie […] Je reste très optimiste. »

Interview de Jérôme Puech, candidat socialiste aux municipales

 « Là où il y a une volonté, il y a un chemin »

Un lancement de campagne, avec une ambiance pleine d’énergie, autour d’un candidat socialiste, qui peut créer la surprise aux prochaines municipales, même s’il affirme pouvoir rester en retrait : « ma petite personne vient en second… » Et en citant Vladimir Ilitch Oulianov dit Lénine, homme d’État communiste, et révolutionnaire auquel on attribue cette maxime : « là où il y a une volonté, il y a un chemin, » Jérôme Puech avance avec de vraies envies d’union de la Gauche, tout en traçant sa route avec une forte volonté de réussite.

Autres articles :