L’autopsie du corps découvert dans la Loire lundi a rendu ses premières conclusions. Il s’agit bien de Steve Maia Caniço, le jeune homme porté disparu depuis le soir de la Fête de la musique à Nantes. Il a été repêché par les pompiers quai Ferrand, proche du quai Wilson, où ce jeune animateur de 24 ans avait été vu dans la nuit du 21 au 22 juin dernier.

Déjà 5 semaines et, «les mots sont peu de choses quand on perd son enfant » exprime Édouard Philippe qui assure de « sa volonté de transparence totale » concernant l’enquête.

L’enquête administrative de l’Inspection générale de la police nationale (IGPN) est terminée et les conclusions ont été remises à Christophe Castaner, ministre de l’Intérieur. Les questions restent fortes : la chute de Steve Maia Caniço a-t-elle été causée par l’intervention policière ? L’opération policière s’est-elle déroulée selon les règles ? Le syndicat de police : « Unité SGP Police », avait critiqué ouvertement le commissaire de police en charge de l’opération en estimant qu’il avait « fait une faute grave de discernement ».

Soirée techno et drame

Aussi, 89 participants à cette soirée techno ont porté plainte pour « mise en danger de la vie d’autrui » ainsi que « violences volontaires par personnes dépositaires de l’autorité publique ». Une plainte qui a ouvert une nouvelle enquête de l’IGPN depuis le 10 juillet dernier. La soirée a dégénéré lorsque des policiers interviennent, vers 4 heures du matin, pour demander de stopper la musique. De nombreux participants ont raconté avoir été aveuglés par un nuage de gaz lacrymogène, et de fait certains sont tombés dans le fleuve. Quatorze personnes avaient été repêchées par les secours le 22 juin.

Vers une commission d’enquête parlementaire ?