De ces deux faits, qui saurait déterminer le plus étrange ? Que Sigmund Freud ait inventé, pour qualifier des périodes de l’enfance, le « stade phallique » et le « stade sadique anal ». Ou qu’on enseigne depuis ces incongruités dans nos lycées ?! Puisque tout savoir non possédé nous possède, questionnons l’origine de telles calembredaines.

Nous devons à Freud cette croyance ; l’être humain souffrirait d’un problème sexuel permanent. Le célèbre père de la psychanalyse vivait une relation difficile avec le sien, incestueux. Ce passé traumatisant servit de base à l’élaboration de nombreuses théories. Ses histoires d’attirance de l’enfant pour ses parents, et de semi-éducation sexuelle auxquels ceux-ci se livreraient en prodiguant de l’affection, relèvent davantage de la névrose que de la thérapie.

« Penser par soi-même »

Pour étayer sa formulation psychanalytique, Freud exhibait la légende d’Oedipe. Un médecin faisant mention d’un mythe au premier degré de lecture, c’est un peu comme un moniteur de ski nautique vantant les mérites du Christ qui marche sur l’eau. Cette dernière allégorie exprime la maîtrise de la pensée, l’eau constituant l’élément du mental. Dans la symbolique, la sexualité représente la créativité de l’esprit. Le dieu indien Ganesh s’unit lui aussi à sa mère, sans que personne ne hurle à l’inceste. Tuer son père et s’unir à sa mère signifient « penser par soi-même ». Bien que très intéressé par la religion, entre autres mythologies, Freud ne comprit jamais cette portée symbolique.

Annonce - Pub - Advertisement

Qui a élevé des enfants, ou se souvient de sa propre enfance ne reconnait rien de ce que décrit le médecin viennois. La sexualité constitue l’un des aspects du désir, parmi d’autres. En réduisant la souffrance humaine à un problème psycho-sexuel, Freud alimente le dogme moral, diabolisant ce qui participe à l’épanouissement de l’être. N’est-il pas temps d’abandonner définitivement ces pseudo-concepts freudiens ? Pour qui sait lire et voir, il n’existe pas de meilleure psychologie que la mythologie.

Annonce - Pub - Advertisement