Avec l’élection d’Ekrem Imamoglu à la mairie d’Istanbul, soutenu par la communauté kurde, c’était la première fois en 25 ans qu’un membre de l’opposition au parti présidentiel parvenait à être élu. Au terme de plus d’un mois de suspense, l’autorité électorale turque a décidé d’annuler les résultats. Le symbole, pour beaucoup, d’une dérive autoritaire de plus de Reycep Tayyip Erdogan, Président Turque, prêt à tout pour ne pas lâcher cette mégapole de plus de 15 millions d’habitants qui a joué un rôle crucial dans son ascension politique .

Des centaines de manifestants défilent dans les rues pour protester contre la décision tombée le lundi 6 mai, de rejouer l’élection municipale. Mais seulement le scrutin général. Les maires de districts, souvent acquis à l’AKP, restent eux en place. Et tant pis si le vote s’est fait dans la même enveloppe !

Certains journalistes locaux ont directement parlé de « putsch électoral »  et pour d’autres, un déni de démocratie supplémentaire caractérisant le régime dictatorial du président Erdogan.

C’est dans ce contexte tendu que le Collectif de Soutien avec le peuple Kurde rappelle une fois encore qu’il y a actuellement plus de 7000 prisonniers politiques en Turquie et 14 militants kurdes à Strasbourg en grève de la faim pour poursuivre l’initiative de la députée du HDP, Leyla Güven.

Ils revendiquent 
–  le respect des conventions internationales et européennes des droits de l’homme
– la fin de l’isolement carcéral imposé au dirigeant kurde Abdullah Ocalan,
– la libération de tous les prisonniers politiques en Turquie 

La Turquie, viole ostensiblement les conventions internationales et européennes des Droits de l’Homme dont elle est pourtant signataire.

Les revendications des grévistes de la faim sont aussi les nôtres ! 
Nous exigeons que les Nations Unis, les Institutions Européennes, La Cour Européenne des Droits de l’Homme et le Comité pour la Prévention de la torture:
– Exigent de la Turquie l’application de la Convention européenne des Droits de l’Homme
– Garantissent le respect des droits fondamentaux des prisonniers politiques
– Mettent en place une délégation internationale indépendante pour une mission d’observation afin de rendre visite aux prisonniers politiques.

Le Collectif de soutien avec le peuple kurde appelle à un Rassemblement ce samedi 11 mai de 11h à 13h devant l’Opéra Comédie pour sensibiliser la presse et l’opinion publique sur cette situation totalement inhumaine.

Collectif de soutien avec le peuple kurde