Montpellier Acte 23, les Gilets Jaunes ont commencé leur rassemblement avec leurs slogans chantés, devenus emblématiques du mouvement : “on est là, même si Macron ne veut pas, nous on est là. Pour l’avenir des travailleurs et pour un monde meilleur, nous on est là…” Et l’inévitable : “Emmanuel Macron, ô tête de c**, on vient te chercher chez toi…

Des paroles qui ne sont pas le fait du hasard, et qui sont nées des mots mêmes du président de la République. Juillet 2018, dans le contexte de l’affaire Benalla : “le seul responsable, c’est moi, qu’ils viennent me chercher.” Et, trois jours avant l’Acte 1, le 14 novembre 2018 sur le porte-avions Charles de Gaulle, dans un exercice de contrition pour tenter de réparer son image, face à Gilles Bouleau sur TF1, Emmanuel Macron lâchera : “je n’ai pas réussi à réconcilier le peuple français, avec ses dirigeants.



Pour lire la suite, vous devez être connecté et abonné.

Merci, vous êtes de plus en plus nombreux à lire et à regarder lemouvement.info. Nous ne sommes rattachés à aucun lobby, aucun groupe industriel, ou parti politique, pour garder notre indépendance éditoriale et notre liberté de ton votre soutien est essentiel, n'hésitez pas à vous abonner.

Je m'abonne !


Je me connecte :