Si l’acte XIII montpelliérain a commencé dans le calme et avec une foule nombreuse, des débordements ont encore une fois émaillé la fin du rassemblement.

En début d’après-midi les gilets jaunes se sont rassemblés sur la comédie, une équipe de street-médics s’étant en amont présentée aux forces de l’ordre, pour se présenter aux forces de l’ordre et pouvoir intervenir sur les éventuels blessés sans être interpellés.

Annonce - Pub - Advertisement

Le cortège, important, s’est tout d’abord dirigé vers la Gare Saint-Roch, avant de se faufiler dans l’écusson en direction du Peyrou.

Après avoir suspendu une banderole sur l’Arc de Triomphe, les gilets jaunes se sont dirigés vers la Préfecture de l’Hérault.

Après de longues minutes, les gilets jaunes ont fini par évacuer les abords de la Préfecture, pour se diriger vers la Comédie et la Gare.

Vers 16h30, le cortège de la Fédération Française des Motards en Colère (FFMC) 34 arrivent à la Comédie. Les motards jaunes de FFMC34 manifestaient surtout contre la nouvelle loi anti-casseurs, qui vise notamment à créer un délit de dissimulation de visage et « qui en plus de nous les casser va aussi restreindre notre liberté de manifester ».

Après les discours des gilets et motards jaunes, une partie des gilets jaunes se sont redirigés vers la Préfecture. Sur place, la situation s’est tendue rapidement.

Après l’intervention des forces de l’ordre, en fin de journée, une partie des gilets jaunes s’est repliée vers la Comédie, où les affrontements ont repris.

Annonce - Pub - Advertisement