Suite aux cambriolages dans plusieurs commerces du cœur de ville de Frontignan cette nuit, Pierre Bouldoire réagit :

« Pour la 2e fois en 2 ans, les commerçants du centre-ville ont été victimes cette nuit d’une vague de cambriolages et infractions. La détresse de voir au petit matin son outil de travail vandalisé n’est plus possible. Cette insécurité est insupportable pour eux comme pour la collectivité.

Nous avons triplé les effectifs de la police municipale et donné des moyens humains et matériels à la police nationale, nous mettons en place au printemps un système de vidéo-surveillance pour un coût de 300 000€, nous investissons plusieurs centaines de milliers d’euros par an pour améliorer le vivre ensemble en centre-ville.

En même temps, nous constatons que les effectifs du poste de police nationale ont baissé de plus de moitié, que le député est hors sol et que l’Etat abandonne les villes moyennes en les contraignant à augmenter les impôts pour assurer la sécurité des concitoyens. Le gouvernement nous a refusé l’expérimentation des zones de sécurité prioritaire et le label Action Cœur de Ville, alors que les villes qui ont laissé pourrir des situations sont, elles, récompensées ! C’est un scandale qui me met très en colère.

J’appelle le préfet et le directeur départemental de la sécurité nationale à la plus grande vigilance sur cette situation et à un effort conséquent avant que des situations et des positions extrêmes ne s’expriment. »

Ville de Frontignan la Peyrade