Ce vendredi, ils étaient une trentaine de facteurs de SUD PTT 34 et CGT FAPT 34 à avoir convoqué la presse pour « témoigner des difficultés présentes et à venir ».

La réunion était prévue « parce que les facteurs de Montpellier sont très très inquiets », et ils n’auront bientôt « plus les moyens d’assurer la distribution du courrier à partir du 21 janvier », et surtout pour faire prendre conscience aux usagers qu’on leur « demande de faire plus avec moins ».

En cause, la suppression de 20% des tournées des 97 à 101 tournées existantes du bureau de poste de Rondelet, –  soit près de 35 emplois pour les syndicalistes -, et le rallongement des tournées existantes, conséquence d’une nouvelle organisation basée sur de savants outils informatiques, mais qui sont pour les facteurs « totalement décorrélés de toute réalité du terrain ».

« Ils font plus confiance aux programmes informatiques qu’au retour de terrain »

Pour la direction, cette nouvelle organisation se justifierait par une baisse du flux de courriers, « une déprofessionnalisation du métier de facteur » intolérable pour les syndicalistes, pour qui La Poste est « financièrement, largement bénéficiaire, et reste un service public ».

Pour les syndicalistes, les « agents sont conscients des perturbations que cette mobilisation va engendrer, mais ne rien faire serait accepter cette réorganisation catastrophique aussi bien pour la qualité de service rendue aux usagers que pour les conditions de travail des agents. De nombreux collègues sont déjà touchés par des inaptitudes en lien avec le travail et cette nouvelle organisation ne fera qu’empirer les choses. »

La nouvelle organisation du travail devrait impacter durablement les contrats les plus précaires et les facteurs les plus âgés du bureau montpelliérain, qui a pourtant déjà connu trois tentatives de suicide depuis 2015.

Face à cette situation critique au bureau de poste de Rondelet, « et à la demande majoritaire des agents, un préavis de grève illimitée est déposé par les organisations syndicales SUD et CGT à partir du 21 janvier 2019. » Ils devraient être rejoints dès le 21 par le bureau de Pézenas et le 24 par celui de Lattes.