Rassemblement de cyclistes et de piétons, samedi matin 12 janvier devant l’Hôtel de Région à Montpellier. Ils se sont allongés sur le macadam pour un « Die in » sur le lieu où un piéton avait été blessé au début du mois de janvier.

Voir aussi : Montpellier ce samedi 12 janvier, les cyclistes et les piétons vont faire un « Die-In »

Prévoir et d’anticiper

À l’appel des associations : Vélocité, Montpellier à pied, et la ligue contre la violence routière, cette mobilisation symbolique et rapide a été l’occasion de montrer qu’il faut rester en permanence impliqué dans le débat politique. Et dans ce cas précis, rester vigilant sur la gestion des mobilités actives, même si un schéma directeur a été adopté à l’unanimité par le conseil de la métropole le 21 décembre 2018 à Montpellier. (À lire 51 pages avec photos du SDMA.)

Annonce - Pub - Advertisement

Prévoir et anticiper, mettre en place et actualiser l’état du réseau, beaucoup de membres de ces associations sont en compétence pour effectuer cette étape majeure, utile pour toute prise de décisions. Leur vigilance, leur transparence, et leurs compétences leur donnent une légitimité incontournable, qu’il serait absurde d’écarter.

10 novembre 2018. Avec ce slogan : “Saurel ouvre les yeux, on est plus de deux, les cyclistes avaient réussi leur rassemblement, et le maire de Montpellier Philippe Saurel avait vite ouvert le débat.

Voir aussi : Montpellier, manif citoyenne 1200 cyclistes en colère

Les citoyens mobilisés comptent bien rester dans l’action

#JeSuisUnDesDeux les citoyens mobilisés comptent bien rester dans l’action, et aider à une transformation qu’ils jugent d’utilité publique, pour une vision plus saine de la mobilité. Dans l’immédiat ils formulent une demande simple : “agir rapidement sur toutes les zones dangereuses, c’est une priorité pour les piétons et les cyclistes.

Ambiance solennelle et silencieuse le “die-in” : “faire le mort” sur la chaussée en hommage aux victimes, mais aussi pour faire passer ce samedi un message : “construire ensemble une ville apaisée, agréable pour tout le monde.

“Combien êtes-vous dans votre association ?”

Combien êtes-vous dans votre association ? c’est la question posée à Nicolas Le Moigne en rendez-vous à la mairie pour Vélocité. Il a ressenti l’importance du nombre, et fort de cette expérience, il a invité ceux qui étaient présents pour ce “die-in” d’adhérer aux associations. À raison, car ce n’est jamais une question anodine, elle révèle l’intérêt, ou la place qui pourra être accordée à Vélocité Grand Montpellier, en fonction du poids qu’elle pourra peser ou pas, lors des prochaines échéances électorales. Une question qu’il est possible de traduire ainsi : “combien êtes-vous d’électeurs dans votre association ?

Pour l’heure, Nicolas Le Moigne semble plutôt satisfait de la collaboration entamée avec les responsables du SDMA. Même s’il n’hésite pas à railler gentiment certains “militants twittos” dévoués à la communication de la personne de monsieur le maire, en dévoilant une prochaine action de street art sur les nids de poule, pour leur permettre d’identifier les réalités, et les aider à sortir de leur posture de déni.

ITW, Nicolas Le Moigne, membre du conseil d’administration de l’association Vélocité : “aujourd’hui le vélo commence à vivre à Montpellier.

Street art, Appli et un Sun Rise Ride : rendez-vous à 6h du mat devant la mairie de Montpellier

Côté projets : une appli est en construction pour identifier facilement tous les dysfonctionnements du réseau, une espèce d’instagram. Tous les usagers pourront envoyer les photos “des bugs” de circulation de l’agglomération, et construire ainsi une banque de données évolutive. Outre le street art macadam à venir, il y aura le 3 février : un Sun Rise Ride. Un rendez-vous à 6h00 du matin, devant la mairie de Montpellier pour aller observer le lever du soleil à Palavas. L’équipe municipale aura-t-elle son peloton ? Nul doute qu’un coureur pourrait y être présent, le nouveau “Monsieur Vélo” de la ville, Thomas Goumont.

Ligue Contre la Violence Routière

Présence aussi lors de ce happening devant l’Hôtel de Région, l’association fondée à l’initiative de quatre femmes qui avaient perdu leurs enfants dans des accidents de voiture : la Ligue Contre la Violence Routière. Explications avec Jean Jacques Cheymol :

Bien comprendre le “die-in”

Avec Charles Dassonville, membre du mouvement #JeSuisUnDesDeux et adhérent de Velocité Grand Montpellier, précisions pour bien comprendre le “die-in” :

Annonce - Pub - Advertisement