Le mouvement #Noustoutes est né en septembre dernier et entend « passer du témoignage à l’action », un an après #Metoo.

à Montpellier : « Pour en finir avec les violences sexistes et sexuelles »

Un moment d’intense émotions a secoué la foule, à la lecture d’une lettre #NousToutes.

« Elles s’appellent Fatima, Marie, Rokhaya, Nadia. Elles ont été harcelées dans la rue ou sur les réseaux sociaux. Elles s’appellent Laura, Marine, Leïla. Elles ont été harcelées sexuellement au travail. Elles s’appellent Mié, Caroline, Lauriane. Elles ont été violées par un proche, certaines lorsqu’elles étaient enfants. Elles s’appelaient Amélia, Raouiyah, Magali, Jasmine, Razia. Elles ont été tuées par leurs conjoints ou leurs ex-compagnons… »

Selon des chiffres officiels de 2017, près de 220 000 femmes subissent des violences de la part de leur conjoint ou ex-compagnon chaque année. Plus de 250 femmes sont violées chaque jour en France, et une sur trois a déjà été harcelée ou agressée sexuellement au travail.

La manifestation contre les violences sexistes et sexuelles a été accueillie par une haie d’honneur des « gilets jaunes », à son arrivée sur la place de la Comédie.