Une année 2018, à présenter des excuses pour les nombreuses « erreurs » initiées par la compagnie Facebook. Son PDG Mark Zuckerberg a été cash dans une interview exclusive accordée à CNN Business.

Une année de communication négative : avec les fake-news, l’ingérence électorale, et la protection défaillante de la vie privée. « Beaucoup de critiques ont été justes […] Il y a eu de gros problèmes et je n’essaie pas de dire qu’il n’y en a pas », a déclaré cette semaine Zuckerberg à Laurie Segall sur CNN Business, au siège de Facebook à Menlo Park, en Californie. L’entrevue fait suite à de nouvelles critiques du management Zuckerberg, après une enquête du New York Times.

Le New York Times charge Facebook : avec une grosse enquête sur la manière dont la direction de l’entreprise a réagi aux plus gros scandales l’ayant touchée, ces deux dernières années. Avec des révélations venues d’une cinquantaine de sources, l’article donne de nombreux détails sur les méthodes des deux dirigeants de l’entreprise : Mark Zuckerberg et Sheryl Sandberg, numéro deux au sein de la société. Révélations sur leurs stratégies de lobbying, de contre-feux, et de différentes déclarations mensongères de l’entreprise.

Annonce - Pub - Advertisement

Les actions de Facebook ont chuté de 40%

Bien avant cette enquête du Times, Facebook avait du mal à surmonter une série de crises, comme l’ingérence électorale en Russie, le scandale des données de Cambridge Analytica et une grave atteinte à la sécurité touchant et compromettant les données de 126 millions d’utilisateurs. Les actions de Facebook ont chuté de 40% par rapport à leur plus haut record. Les investisseurs s’inquiètent de la réaction à long terme en matière de protection de la vie privée.

Démission ? Ce n’est pas prévu…

Zuckerberg a fait comprendre que peu de choses pourraient changer au sommet de la société. Lorsqu’on lui a demandé s’il envisagerait de se retirer de la présidence de Facebook, il a répondu: « ce n’est pas prévu ». Il a aussi apporté tout son soutien à Sheryl Sandberg : « elle est une partie très importante de cette société », a déclaré Zuckerberg à CNN Business. Il a surtout prêché sur l’importance des efforts que Facebook engageait pour connecter le monde. Facebook, une plateforme qu’il a codée, et créée dans un dortoir à l’âge de 19 ans.

Annonce - Pub - Advertisement