Comme tous les ans, début septembre, les amis de La Cigale à Saint-Pons de Thomières ont organisé la fête du poulet. Cette 9e édition avait comme intitulé : « de Tarnac à Benalla, les dérives policières ».

Image de l'événement

La cellule 34 et des balles de 9 mm

En effet, cette fête n’est pas seulement locale et gastronomique, elle commémore la fameuse affaire dite « du corbeau de la cellule 34 » où le 3 septembre 2009, la police antiterroriste a entièrement quadrillé la petite ville de Saint-Pons de Thomières, et elle a arrêté ceux qu’ils pensaient être les dangereux terroristes qui envoyaient des lettres anonymes agrémentées de balles de 9 mm, au Président Nicolas Sarkozy et au Président de Région Georges Frêche.

Ce qui s’est avéré être une grossière erreur policière, le véritable corbeau vivant à plus de 40 kilomètres de là et n’ayant aucun lien avec les protagonistes de Saint-Pons, a profondément ébranlé la vie de ces paisibles citoyens accusés de terrorisme, ainsi que l’ambiance du village en créant un climat de suspicion. Car finalement, il y a bien eu un corbeau dans Saint-Pons de Thomières, et c’est celui qui a envoyé le nom de ceux qui se sont fait arrêter par l’antiterrorisme. Pierre Blondeau, qui tient le tabac La Cigale, et qui était considéré suite à cette dénonciation comme la tête pensante de cette cellule terroriste a une petite idée sur le sujet, interview :

Des attaques de TGV en projet

Assez vite, les amis de La Cigale ont aussi compris que l’injustice qu’ils ont vécue n’était pas un cas unique, à Tarnac aussi un petit groupe avait subi le même genre de situation : accusés d’avoir voulu faire dérailler un TGV, ils ont fait plusieurs mois de prison, alors que « l’attentat raté » a finalement été revendiqué par des Allemands. Mais parce qu’ils sont avant tout de bons vivants, les amis de La Cigale ont choisi de faire la fête pour ne pas oublier cet évènement, interview de Maax, artisan de la chanson :

Il y eu d’abord un défilé, avec en tête une traction avant en hommage à la résistance, un tracteur avec quelques poulets vivants sur de la paille, deux musiciens, puis les manifestants. Et aussi un « remue-méninges » composé de prises de paroles.

Une minute d’applaudissements en hommage à ceux qui sont décédés cette année : Jeannot « Le Suisse », ainsi que l’ancien boucher du village (lui aussi injustement arrêté bien que n’étant pas membre de l’équipe de La Cigale) ;

Pierre Blondeau puis Georges Cèbe, le Maire de Saint-Pons de Thomières, qui a chaleureusement remercié Olivier Azam réalisateur du film « La cigale, le corbeau et les poulets » pour avoir redonné sa dignité au village suite à cette affaire.

Résultat de recherche d'images pour "la cigale le corbeau et les poulets"

Les autres discours montraient une variété de soutiens à la lutte contre les dérives policières : un représentant de La Cimade qui a expliqué le harcèlement juridique vécu par les migrants, des représentants syndicalistes qui ont parlé de leur combat dans la défense des services publics, un représentant de BDS (Boycott Désinvestissement Sanction pour les droits de la Palestine), un représentant d’Ensemble ! (voir interview de Boris Chenaud), un autre de la France Insoumise, un dernier d’Alternatiba, un représentant de la ville voisine de La Salvetat sur Agoût.

Un film sur la secte d’extrême droite des Brigandes installée à La Salvetat, à 22 kilomètres de Saint-Pons, a été projeté et plusieurs des discours des remue-méninges ont expliqué la collusion du maire de La Salvetat avec cette secte, au point que cet été deux de ses adjoints ont démissionné et que leurs remplaçants ont refusé de siéger.

Puis un autre film a été projeté en hommage à Jeannot, dont l’absence se faisait ressentir parmi les participants ayant connu ce boute-en-train très impliqué. Maax a ensuite joué quelques chansons, accompagné par une accordéoniste, Zack le magicien a fait quelques tours. La paella de poulet a ravi les papilles de plus de 100 participants et la fête a continué pendant la nuit !

Afin de mieux comprendre l’ambiance de La Cigale de Saint-Pons, le film d’Olivier Azam reste incontournable :