La participation est de 61,15%, plus de 91 000 cheminots ont pris part au vote.

Lors de sa conférence de presse, mercredi 23 mai, Laurent Brun, secrétaire général de la CGT-Cheminots précise que le projet de réforme de la SNCF a été rejeté par 94,97% des cheminots ayant participé à la consultation organisée par l’intersyndicale : « Le gouvernement doit revoir sa copie. »

Annonce - Pub - Advertisement

La direction de la SNCF et le gouvernement avaient annoncé avant les résultats que cette consultation n’aurait aucune valeur, selon Guillaume Pepy : « parce que la réforme dont on parle, c’est une réforme qui appartient au Parlement puisqu’il faut changer de loi ». Tout est question de culture d’entreprise, pourquoi stigmatiser cette Vot’Action « sans valeur », alors que l’on pourrait penser à l’inverse : être ici, face à une motion de défiance déterminante et presque sans appel.

Opposant aux sondages achetés et réalisés en ligne sur des échantillons représentatifs variant entre 984 et 1001 personnes choisies selon la méthode des quotas, l’intersyndicale de la SNCF a su répondre avec une Vot’Action bien plus impressionnante que ces études qui nourrissent les éditos des chaines infos.

Pour Arnaud Jean, « la messe est dite » et c’est vrai que les résultats de cette consultation sonnent comme un plébiscite du mouvement des cheminots. La « Vot’Action » est maintenant un moyen de mettre à nouveau la pression sur le gouvernement. C’est réellement une large majorité des salariés de la SNCF qui s’oppose au pacte ferroviaire.

Au niveau local, c’est : « 100% des cheminots du site de Sète qui se sont prononcés contre la réforme », et Arnaud Jean nous donne les chiffres pour la région : « nous sommes à 63,53% de votants, soit 2972 cheminots : 2861 contre la réforme du ferroviaire… »

Une détermination consolidée : ne pas abandonner le service public à la concurrence. Le secrétaire CGT-Cheminots de Sète conclut : « Guillaume Pepy aujourd’hui doit démissionner de cette entreprise […] E. Macron, on sent bien qu’il veut précariser l’emploi sur le territoire et pour nous il en est hors de question, que l’on soit cheminot ou pas cheminot… »

ITW Arnaud Jean sur les résultats de la « Vot’Action » :

VOIR AUSSI : Sète, 18e jour de grève SNCF « vot’action », ITW d’Arnaud Jean CGT

Annonce - Pub - Advertisement