Le premier film de Kalina Bertin est un documentaire fort sur le passé de son père, et les conséquences de celui-ci sur ses enfants.

Kalina Bertin

« J’ai eu l’idée de ce film à l’âge de 15 ans, quand j’ai découvert dans les documents de ma mère, les extraits de journaux disant que mon père avait été le gourou d’une secte […] Mais je ne savais pas si j’avais le courage de faire ce film. » Et Kalina Bertin, après avoir obtenu son diplôme en production de films à l’UQAM (Université du Québec à Montréal) a mis 4 ans pour faire ce film.

Ce film très personnel traite du passé de son père, mais aussi des problèmes psychologiques qu’endurent son frère et sa sœur. Kalina Bertin utilise les images des films de famille tournés pendant son enfance, et des scènes du réel qu’elle a filmées. Elle fait la lumière sur le passé de sa famille pour renouer le dialogue et créer une sorte de thérapie collective.

« C’est en faisant ce film, que j’ai découvert les principaux éléments de mon drame familial« .

Un père gourou de secte, bipolaire, mythomane, aussi séduisant que manipulateur, et ses enfants qui ont hérité de problèmes psychologiques essaient de s’en sortir. Et bien que le sujet soit dur et très personnel, l’accueil du public est très bon. Le film ouvre vers l’universel : « beaucoup de gens se sont reconnus, d’autant que les sujets qui traitent de santé mentale sont tabou alors que cela touche beaucoup de gens« .

À Lasalle, le film est présenté en première française. Pour le moment, c’est un documentaire qui a un succès indéniable. Il fait le tour des festivals : « Hot Docs » à Toronto, Moscou, nominé pour deux prix aux festivals « Écrans canadiens » et « IRIS » au Québec, le film a gagné le « Spirit Award » à Brooklyn aux États-Unis. Il est sorti en salle au Québec le premier week-end à guichet fermé, et il est resté trois semaines en salle (ce qui est beaucoup pour un documentaire). Il n’est pas encore prévu de sortie française… mais comme la plupart des documentaires qui passent à Lasalle, il est conseillé aux distributeurs de se pencher sur ces films.

Bande annonce :

http://www.kalinabertin.com/manic-documentary/