Ressourcer la Mairie par la démocratie, de Saillans à Aubais : « Si on l’a fait, vous êtes en mesure de le faire. »

Tout commence en 2014 à Saillans, village drômois de 1 300 âmes, où une liste citoyenne et participative a conquis la Mairie. Une seule chose diffère alors de toutes les autres listes citoyennes : la méthode et le programme. Le programme a été établi directement par les habitants et toutes les décisions y sont élaborées collectivement.

C’est cette histoire que présente Tristan Rechid, formateur en intervention sociale, ce samedi soir à Aubais. Et il donne le ton dès le début de la soirée : « ce soir, je vous raconte tout », « mon expérience et ma vérité dans cette expérience ». Il précise tout de même : « je ne suis pas élu à Saillans ».

L’histoire débute sous l’ancien Maire de Saillans, François Pegon (MoDem) – qu’il nommera juste François tout au long de la soirée -, caricaturé avec gourmandise comme un « autocrate », maître de la devise : « je suis élu, je décide ». L’élément déclencheur, lui, sera la volonté de l’élu MoDem d’implanter une grande enseigne par-delà les résistances de la population dans le village. S’ensuivront alors actions, puis victoire contre le projet. Et très vite l’ambition de présenter une liste « citoyenne », à quelque mois des municipales de 2014, pour qu’il ne soit pas réélu. Mais sans programme et sans candidats…

Ce sera alors l’occasion pour Tristan Rechid de présenter son constat sans appel : « nous ne vivons pas dans une démocratie », mais dans une « aristocratie élective », « nous ne sommes pas des citoyens, mais des électeurs et des contribuables ».

Pour lire la suite, vous devez être abonné.

Inscrivez-vous dès maintenant !