Y a-t-il un scandale immobilier à la MSA Languedoc ?

Les syndicats SUD et FO de la Mutualité sociale agricole (MSA) du Languedoc ont fait une conférence de presse en présence de leur avocat, Maître Sébastien Avallone, pour présenter une plainte pour abus de bien social et abus de confiance qu’ils ont déposée auprès du Procureur de la République.

La MSA Languedoc est l’organisme de Sécurité sociale des agriculteurs pour les trois départements de l’Hérault, du Gard et de la Lozère.

Les syndicats reprochent à la MSA Languedoc de n’avoir pas respecté le code des marchés publics pour le déménagement de son siège social. Pour son projet immobilier, la MSA veut à la fois acquérir 4300m² de bureaux pour un coût supérieur à 15 millions d’euros, alors même qu’un bien similaire peut se trouver entre 8 et 9 millions d’euros, et vendre son actuel siège pour 70 euros du m², alors même que les études de marché, dans ce secteur, varient entre 1100 et 2000 euros le m². Pour les syndicats, la MSA du Languedoc envisage donc de brader son patrimoine.

Deux questions demeurent donc : quel est l’intérêt de brader un bien immobilier en centre-ville ? Et est-ce une énorme bêtise ou cela cache-t-il autre chose ?

Devant la presse, les syndicats demandent, comme depuis deux ans, de la transparence et depuis plusieurs mois, l’accès au contrat. Face au silence imposant et brumeux, FO et SUD ont choisi la voix judiciaire. Puisque le déménagement est prévu le 12 mars, ils ont décidé, par le biais de leur avocat, Maître Avallone de faire reculer la décision.

Ce déménagement a lieu dans un contexte d’austérité, dans le cadre d’un plan social national de réduction de 1300 agents sur la période 2016-2020, avec une réduction des effectifs de 20% prévue sur le site de Montpellier.

Le porte parole de la Confédération paysanne, Thierry ARCIER, est venu apporter le soutien des agriculteurs de son syndicat. Comme il l’a expliqué, la MSA est indispensable pour les agriculteurs, que ce soit pour la branche maladie ou pour la branche retraite. L’association ANTICOR, venue en qualité d’observateur, pourrait entrer dans la danse, cette affaire est dans le cadre de ses compétences.

L’ambiance à la conférence de presse était tendue. La MSA étant allé jusqu’à mandater un huissier pour venir enregistrer tous les propos échangés. Les syndicalistes ont refusé sa présence. Selon les syndicats cette opération immobilière pourrait coûter 15 millions d’euros aux contribuables.