Accueil Blog

[VIDÉO] Lunel : La Pescalune 2020 aura bien lieu, « on ne voulait pas d’année blanche »

Le maire de Lunel, Pierre Soujol entouré de son 1er adjoint, Stéphane Dalle et de sa deuxième adjointe, Paulette Gougeon (CR)

[VIDÉO] Certains en ont douté. Ils avaient tort. Promesse de fin de campagne du candidat Pierre Soujol, la Pescalune 2020 aura bien lieu, mais sous un format complètement repensé.

VOIR AUSSI : [VIDÉO] Lunel : Pierre Soujol s’installe dans le fauteuil de maire

C’est dans un format épuré que cette édition 2020, profondément marquée par le Covid-19, va se présenter en fin de semaine. Après une première visite de terrain à l’agence de Lunel du Pôle Emploi, le nouveau maire de Lunel, a réservé sa « première » conférence de presse à un sujet éminemment cher au cœur des Lunellois, la Pescalune.

Présentation de cette nouvelle édition avec Pierre Soujol, maire de Lunel

« On ne voulait pas d’année blanche. » Pierre Soujol 

Pour le nouveau maire de Lunel, entouré de son premier adjoint, Stéphane Dalle et de sa deuxième adjointe, Paulette Gougeon, il était important de rendre possible ce moment de fête à Lunel, de « maintenir l’esprit de la fête », même avec un « programme allégé » et sous la contrainte du Covid-19. Une fête organisée, en un temps record, grâce aux services de la Ville, comme a tenu à le préciser Paulette Gougeon.

En pratique, la fête, qui se déroulera du 11 au 15 juillet 2020, proposera plusieurs spectacles taurins et des déambulations musicales avec des contrôles de flux, pour éviter les importants regroupements de personnes. Des masques aux couleurs de la Ville seront aussi distribués (près de 2.000), complétés, au besoin par le stock de la Ville (plus de 25.000), du gel hydroalcoolique sera aussi lassé à la disposition de la population.

Le soir du 14 juillet, les rassemblements seront limités. La fête aura lieu dans une ambiance « fête de la musique », les « festivaliers » ne pourront ainsi être servis qu’à table. Et la taille du rassemblement de personnes sera contrôlée, avec de fréquentes patrouilles de la police municipale et de la gendarmerie. Autre nouveauté, cette année, le maire de Lunel remettra la Clef de la Ville à la jeunesse lunelloise, tout un symbole.

Programme de la Pescalune 2020

  • SAMEDI 11 JUILLET – PEÑAS : MITHRA – QUALITY STREET – MISTRAL
    • 9H30 – MESSE EN PROVENÇAL – Parc Jean Hugo
    • 10H45 – REMISE DE LA CLEF PAR M. LE MAIRE À LA JEUNESSE LUNELLOISE – Arènes F. San Juan
    • 11H – TRI DES TAUREAUX & ABRIVADO EN PISTE – Arènes F. San Juan (gratuit)
    • 16H – SPECTACLE POUR ENFANTS « FANTAISIE COMIQUE » – Parc Jean Hugo (gratuit)
    • 19H – PREMIÈRE PARTIE : STAND UP – Cours Gabriel Péri
    • 20H – SWEETY POP – Place des martyrs de la Résistance
    • 20H30 – FLAMENCO AVEC KARINE MELLADO – Place des Caladons
    • 21H – DEUXIÈME PARTIE : HERVE ACOSTA – Cours Gabriel Péri
    • 21H30 – « LES INSTANTANÉS » DUO D’IMPRO COMÉDIE – Salle Georges Brassens (gratuit) (se présenter directement devant la salle Brassens)
    • 21H30 – SPECTACLE ÉQUESTRE « LA CAMARGUE EN LIBERTÉ » – Manade R. Vinuesa Arènes F. San Juan (10 €)
    • 22H – GROUPE MUSICAL AU CAFÉ LE TRIANON AVEC SARDI SIXTIE’S
  • DIMANCHE 12 JUILLET – JOURNEE A L’ANCIENNE – PEÑAS : MITHRA – QUALITY STREET
    • 9H – DÉJEUNER AUX PRÉS TIRE DU SAC À L’HOURNEDE
    • 10H – CONCOURS DU MEILLEUR COSTUME À L’ANCIENNE – ouvert à tous – Prix remis à la manade
    • 11H – TRI DES TAUREAUX & ABRIVADO EN PISTE – Arènes F. San Juan (gratuit)
    • 16H – CINÉMA ATHÈNES « LE PRINCE OUBLIE » DE MICHEL HAZANAVICIUS, Avec Omar Sy, Bérénice Bejo, François Damiens… (gratuit) (se présenter directement devant le cinéma)
    • 19H – PREMIÈRE PARTIE : DUO SONG – Cours Gabriel Péri
    • 20H – LUCAS DEBIEVE – Place des martyrs de la Résistance
    • 20H30 – ANIMATION MUSICALE – Manita bonbon – Place des Caladons
    • 21H – DEUXIÈME PARTIE : GNA (POP ROCK) – Cours Gabriel Péri
    • 21H30 – « CHÉRI, ON SE DIT TOUT » COMÉDIE – Salle Georges Brassens (gratuit) (se présenter directement devant la salle Brassens)
    • 21H30 – RODEO AMÉRICAIN – Arènes F. San Juan (12 €)
  • LUNDI 13 JUILLET – PEÑA : LES BOUTENTRAINS NIMOIS
    • 11H – TRI DES TAUREAUX & ABRIVADO EN PISTE – Arènes F. San Juan (gratuit)
    • 14H – ANIMATIONS POUR LA JEUNESSE – Pour les 11/13 ans -Organisées par le service Jeunesse & Vie Associative – Parc Jean Hugo
    • 17H – FINALE DU TROPHÉE DU MUSCAT – Arènes F. San Juan (payant voir affiche)
    • 19H – PREMIÈRE PARTIE : LES MORPION’S – Cours Gabriel Péri
    • 20H – CLAIRE PINOCHI DUO « TROMPETTES AND THE VOICE » – Place des martyrs de la Résistance
    • 20H30 – B.E LIVE BAND – Place des Caladons
    • 21H – DEUXIÈME PARTIE : OLD BOYS – Cours Gabriel Péri
    • 21H30 – CHRISTOPHE MICHEL – Salle Georges Brassens (gratuit) (se présenter directement devant la salle Brassens)
    • 21H30 – CHAMPIONNAT DES GARDIANS – Arènes F. San Juan (10 €)
  • MARDI 14 JUILLET- BANDA LOS PAGAYOS – PEÑA : MITHRA
    • 9H – DÉJEUNER AUX PRÉS TIRE DU SAC À L’HOURNEDE
    • 11H30 – 2 CONCOURS DU MEILLEUR DÉGUISEMENT & DU MEILLEUR MASQUE – ouvert à tous – Parc Jean Hugo
    • 18H – COMMÉMORATION DU 14 JUILLET – Parc Jean Hugo
    • 21h30 – RETRAITE AUX FLAMBEAUX SUIVIE D’UN SPECTACLE DÉAMBULATOIRE « PACHY, LA DANSE DES ÉLÉPHANTS » PRESENTÉ PAR LA COMPAGNIE DES ENJOLIVEURS – Départ de la mairie – Arrivée au parc Jean Hugo
  • MERCREDI 15 JUILLET- FÊTE DES PESCALUNES BANDA : LOS PAGAYOS
    • 9H – MARCHE DU TERROIR – Parc Jean Hugo
    • 10H – ROUSSATAÏO & BÉNÉDICTION DES CHEVAUX SOUS L’ÉGIDE DE L’ESCOLO DOU VIDOURLE MANADE PUIG – Arrivée Parc Jean Hugo
    • 11H – TRI DES TAUREAUX & ABRIVADO EN PISTE – Arènes F. San Juan (gratuit)
    • 14H – ANIMATIONS POUR LA JEUNESSE – Pour les 14/17 ans Organisées par le service Jeunesse & Vie Associative – Parc Jean Hugo
    • 20H30 – RESTITUTION DE LA CLEF A M. LE MAIRE PAR LA JEUNESSE LUNELLOISE – Parc Jean Hugo
    • 21H30 – SPECTACLE COMICO EQUESTRE « ÉQUICIRCUS » – Arènes F. San Juan (8 €)

Lunel : Le musée Médard labellisé « Vignobles et découvertes »

Le musée Médard a rouvert ses portes, le 17 juin dernier (CR Ville de Lunel)

Le Conseil Supérieur de l’Œnotourisme a décidé d’accorder le label national « Vignobles et découvertes » à 4 nouvelles destinations parmi lesquelles « Vignobles de Vidourle- Camargue ». 

VOIR AUSSI : Pays de Lunel : La CCPL débloque 152 000€ pour le Fonds L’OCCAL

Placée sous l’égide du ministère de l’Agriculture, cette labellisation nationale a pour objectif de développer la mise en réseau et favoriser l’émergence et la valorisation de produits qualifiés en cohérence avec les attentes des clientèles touristiques sensibles à l’Œnotourisme.

Le musée Médard labellisé « Vignobles et découvertes »

Créé en 2009, le label « Vignobles & Découvertes » est attribué pour une durée de 3 ans par Atout France (agence nationale de Développement Touristique), après vérification par celle-ci du respect d’un cahier des charges très précis puis des recommandations du Conseil supérieur de l’œnotourisme. Il distingue les destinations à vocation touristique et viticole proposant une offre de produits multiples et complémentaires et permettant au client de faciliter l’organisation de son séjour et de s’orienter vers des prestations qualifiées. Le label vise aussi à développer la mise en réseau des professionnels d’une destination et à favoriser l’émergence de produits en adéquation avec les nouvelles attentes et pratiques des clientèles touristiques adeptes de l’œnotourisme.

En pratique, c’est le PETR Vidourle Camargue, en partenariat avec Hérault Tourisme, le CIVL, référent vin et de Gard Tourisme, qui a porté la candidature du territoire pour obtenir la labellisation. Cette distinction met en lumière les destinations proposant une offre complète pour l’organisation de courts séjours sur le thème du vignoble.

Cet été, le musée Médard vit à l’heure égyptienne

VOIR AUSSI : Lunel : Le musée Médard rouvrira ses portes, le 17 juin prochain

Pour sa réouverture, le musée Médard a choisi de prolonger et d’adapter ses expositions consacrées à l’Égypte, déjà en place avant la pandémie mondiale.

Dans le cadre de ses expositions, le musée Médard propose aussi aux petits bibliophiles de se transformer en petits scribes égyptiens pour les ateliers estivaux intitulés « Avant lettre, les hiéroglyphes ». L’animation est proposée aux enfants, à partir de 7 ans, elle est gratuite, mais sur inscription et dans la limite des places disponibles. Ces ateliers se dérouleront les mercredis 22 et 29 juillet, et 5, 12, 19 août 2020, de 10h à 12h.

Pour profiter en toute sécurité des expositions du musée, des règles d’accueil ont été mises en place selon les recommandations sanitaires :

  • le port du masque est obligatoire et non fourni à partir de 11 ans (pour les visites du musée et les ateliers) ;
  • du gel hydroalcoolique est mis à la disposition des visiteurs à l’accueil du musée ;
  • un fléchage au sol permet au visiteur de suivre le parcours de visite dans les salles du musée ;
  • l’entrée au musée est limitée à 15 personnes avec la distanciation d’un mètre à respecter ;
  • certains espaces sont modifiés ou fermés jusqu’à nouvel ordre (l’espace central, la galerie tactile du cabinet des curieux, les écrans multimédias) ;
  • les visites commentées sont limitées à 9 personnes.

Frontignan : À la découverte des expositions de l’été

À la découverte des expositions de l'été (CR Office de Tourisme de Frontignan)

Malgré les contraintes imposées par la pandémie du Covid-19, l’art est toujours présent en cœur de la ville à Frontignan, avec des expositions à découvrir cet été, gratuitement et en toute sécurité.

VOIR AUSSI : Frontignan : Huit toiles à découvrir, sous les étoiles

Depuis début juillet, à la suite de la fermeture hivernale prolongée, le musée municipal a rouvert. Une pause, qui a permis au musée de présenter le travail photographique d’Alain Marquina à travers une exposition pour voir « la vigne comme nous ne l’avons jamais vue ».

« la vigne comme nous ne l’avons jamais vue »

Installé à Frontignan, depuis 2003, celui qui fut tour à tour, assistant-opérateur, cameraman, assistant-réalisateur ou encore réalisateur, propose à travers son exposition, de nous faire découvrir son amour de la nature, de la vigne, du vin et des hommes qui le font.

L’exposition rétrospective se tient au cœur des collections permanentes du musée qui proposent la découverte de Frontignan au travers de 4 thématiques : l’archéologie sous-marine, les joutes, le passé industriel et bien sûr le muscat.

Infos pratiques : Musée municipal, chapelle des Pénitents, rue député Lucien-Salette.
Gratuit. Présence simultanée de 10 personnes uniquement. Exposition et accès aux collections permanentes du musée. Jusqu’au 30 octobre, du mardi au samedi, de 10h à 12h, et de 14h à 18h.

À la découverte du réseau culturel 7 Sois 7 Luas

Le réseau culturel d’art contemporain et de musique populaire, 7Sois 7Luas, réunit 34 villes de pays de la Méditerranée et du monde lusophone : Brésil, Cap Vert, Croatie, Espagne, France, Grèce, Israël, Italie, Maroc, Portugal, Roumanie, Slovénie et Tunisie. La Ville de Frontignan la Peyrade participe à ce réseau depuis de nombreuses années, en accueillant des artistes d’autres villes ou en proposant à ses talents locaux d’aller à la rencontre de publics étrangers.

Cet été, la salle Jean-Claude-Izzo accueille 3 expositions d’artistes du réseau culturel 7 Sois 7 Luas : en juillet « Les autres mondes du plasticien », street artiste bien connu du Bassin de Thau Réka, puis en août « Momentos » de Pedro Orozco Tristán célèbre aquarelliste espagnol de Ceuta et enfin en septembre une exposition autour du personnage de Pinocchio par Mario Madiai en septembre.

  • Jusqu’au 21 juillet – Les Autres Mondes – Réka

David Ribéra, alias Réka, est un peintre autodidacte originaire de Sète. Il dessine depuis toujours et pour lui peindre est indispensable, vital : il ne peut s’en passer.

L’exposition propose 17 de ses œuvres réalisées sur toiles et plaques de bois, des paysages fantastiques, peuplés de créatures hybrides et imaginaires.

  • Du 4 au 29 août – Momentos – de Pedro Orozco Tristán

Originaire de l’enclave espagnole de Ceuta au Maroc, cet architecte de métier est un aquarelliste reconnu dans le monde entier. Il commença à pratiquer l’aquarelle en 1980, et se passionna pour cette technique à laquelle il se dédie depuis en tant qu’artiste et professeur, au sein de l’Association des aquarelles de Ceuta, dont il est président et membre fondateur.

  • Pinocchio – de Mario Madiai – Du 4 au 26 septembre

Mario Madiai, né en 1944 à Sienne en Toscane, est un peintre à la technique très riche et diversifiée. Une thématique en particulier a toujours continué à stimuler son imagination : celle de Pinocchio. On ne présente plus ce personnage, né sous la plume de l’auteur italien Carlo Collodi. Le roman « Les aventures de Pinocchio » publié en 1883 est devenu un des contes les plus connus et les plus adaptés au monde. Mario Madiai commença à s’intéresser à ce conte intergénérationnel en 2001, à l’occasion de la naissance de son premier neveu.

En 2004, il a publié le volume illustré « Les Aventures de Pinocchio. Histoire par images : Mario Madiai », dédié à la célèbre marionnette au long nez. Un projet pictural raffiné dont les illustrations sont proposées à travers cette exposition.

Infos pratiques : Expositions gratuites, du mardi au samedi, de 10h à 12 et de 14h à 18h, salle Jean-Claude-Izzo, rue député Lucien-Salette.
Rens. : 04 67 18 54 92 – www.7sois.eu – info@7sois.org
Présence simultanée de 10 personnes uniquement.

Du polar en vitrines avec Aurélia Gritte

En août, pour annoncer et accompagner le 23e festival international du roman noir prévu du 11 au 13 septembre, la peintre laqueuse Aurélia Gritte, investit les vitrines du centre-ville et de la gare avec ses interprétations graphiques de citations de romans noirs.

  • Du 23 juillet au 5 août – Les pieds dans l’eau

L’exposition annuelle « Les pieds dans l’eau » de l’association les 4 Saisons permet à des artistes locaux de présenter leurs créations dans différentes techniques : peinture, mosaïque, céramique, sculpture, photographie… Elle se déroule, salle Jean-Claude-Izzo, rue du député Lucien-Salette.

À la librairie associative Le Prose Café

  • En juillet, exposition « Dessins de femmes » de Sylvie Léonard.
  • En août, exposition « Huitres peintes » de Lora Loilleux. Vernissage samedi 8 août à 11h30

Infos pratiques : Librairie Prose Café, 8 place de la Vieille-Poste
Tél. 04 67 25 62 11

[Communiqué de presse] Informations à la population de Montpellier… Précarité, casse des statuts, privatisation, pénurie et mise en concurrence : pourquoi la recherche et les personnels sont vent debout pour le retrait de la LPPR ?

Manifestation à Montpellier, jeu. 16 jan. 2019 (© Lila Brochier)

Depuis 6 mois, les personnels de la recherche et leurs organisations syndicales sont mobilisés contre un projet de loi dites de « programmation pluriannuelle de la recherche » (LPPR). 

A peine le déconfinement amorcé, la ministre Frédérique Vidal, a voulu passer en force son projet (votes dans les instances), dans l’irrespect le plus total des personnels, des organisations syndicales et des règles de bienséance, alors que le projet est rejeté partout (les motions de laboratoires, d’instituts, de départements d’enseignement, etc se comptent en centaines. Même le comité d’éthique du CNRS vient d’exprimer ses craintes concernant les risques que fait courir le contenu de la loi !). Aujourd’hui, 8 juillet, le projet de loi aurait du être présenté en conseil des ministres, il le sera au conseil suivant. Nous souhaitons partager notre combat qui est aussi le vôtre.

Si l’on veut acquérir et transmettre de nouvelles connaissances tout en relevant les défis qui se présentent à nous en matière de santé, d’environnement, d’énergie…, il faut investir dans tous les domaines de la recherche publique. Ce qui signifie des moyens, du long terme, de la stabilité et de l’indépendance ; et se traduit par des services publics, des emplois publics et sous statut de fonctionnaire, des financements publics pérennes et une liberté de chercher.

Au contraire de tout cela, et sans régler les problèmes du secteur (entre 30 et 40 % de personnels précaires, plus de 6 milliards d’euros détournés dans le Crédit Impôt Recherche, universités en faillite, etc.), la LPPR va aggraver le gâchis des possibles avancées de la recherche, en prévoyant notamment :

  • une précarité décuplée avec : 1) des recrutements hors statut, qui pourraient aller jusqu’à 25% des recrutements nouveaux, sur une période de 6 ans, sans garantie d’embauche (« tenure track ») ; 2) des CDI de mission, qui pourront être rompus dès la fin de celle-ci après plusieurs années de travail, faisant de ces contractuels de véritables variables d’ajustement et des précaires à vie…
  • une mise en concurrence accrue des établissements, des équipes et du personnel, au travers d’un renforcement du financement par appels à projets, alors que les financements récurrents sont réduits régulièrement ;
  • un renforcement et une extension des contrôles et des évaluations sur des critères « dans l’air du temps », sans rapport avec les progrès de la recherche ;
  • un renforcement du pouvoir des présidents d’université, dans le cadre d’une territorialisation des établissements, en particulier par des régimes de primes décidées au niveau local.
  • de plus en plus de détournement de la recherche publique au profit d’intérêts privés sans aucun contrôle déontologique

Si aujourd’hui, nous pouvons mieux comprendre notre monde, mais aussi être soignés, lutter contre des épidémies, si nous avons pu augmenter notre espérance de vie, c’est grâce aux acquis sociaux (la sécu, les hôpitaux…), mais également à la lente accumulation des savoirs, des techniques, grâce à tout le personnel de l’enseignement supérieur et de la recherche publique, du technicien de labo ou de l’agent administratif jusqu’au professeur d’université et directeur de recherche.

Il s’agit d’un enjeu majeur pour notre civilisation. 

Nous exigeons donc le retrait de ce projet de loi et une réorientation totale de la politique de recherche : il faut investir massivement dans l’avenir, et pour cela, défendre les statuts, les organismes, les financements et leur pérennité !

Aujourd’hui dans la rue, à la rentrée… on continue ! 

Signataires : CGT UM, SNESUP UM, Sud Recherche EPST, Sud Education, FO ESR, SNTRS CGT

[Communiqué de presse] « Bienvenue en France : le pays où le Conseil d’Etat décrète que 3 770 € est une somme « modique » ! « 

Le 19 novembre 2018, le Ministère de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, sous l’égide de Frédérique Vidal, lançait un programme “Bienvenue en France” censé compenser des lacunes dans les politiques d’accueil des étudiants internationaux hors Union Européenne, ayant pour objectif d’attirer 500 000 étudiants étrangers à l’horizon 2027.

Le terme “bienvenue” est assez cynique puisque ce dispositif prévoit, notamment, de faire payer jusqu’à 3 770 € en master aux étudiants étrangers hors Union Européenne, alors qu’ils devaient s’acquitter auparavant des mêmes droits d’inscription que les étudiants français, soit 243 € en master.

Aussitôt annoncé, ce plan a légitimement suscité de nombreuses réactions au sein de la population. Hélas, ces alertes et ces inquiétudes sur la sélection par l’argent et la discrimination entre étudiants ont laissé de marbre le Conseil d’État, muré dans sa tour d’ivoire. Le 1er juillet, ce dernier a rendu un avis stupéfiant, estimant que ces frais « modiques » ne venaient pas enfreindre « l’exigence constitutionnelle de gratuité ». Ainsi, pour deux étudiants qui fréquentent les mêmes cours, les frais d’inscription peuvent être jusqu’à 15 fois plus élevés en master pour celui qui vient d’un pays n’appartenant pas à l’Union Européenne. Ne nous y trompons pas, s’il s’agit uniquement pour l’instant des étudiants hors U.E, le Conseil d’État ouvre la porte à la sélection financière pour l’ensemble des étudiants.

Le Conseil d’État qui semble tristement bien loin de la réalité vécue par de nombreux citoyens au quotidien, décrète sans sourciller que 3 770 €, soit l’équivalent de 3 mois de salaire mensuel net au SMIC, est une somme “modique”.

Je salue les deux tiers des universités qui refusent d’appliquer cette hausse injuste des frais de scolarité aux étudiants extra-communautaires. J’espère que d’autres suivront.

La France, aujourd’hui 4ème pays mondial en termes d’accueil d’étudiants internationaux, doit rester fidèle à ses valeurs républicaines. La mobilisation contre cette mesure inique doit s’amplifier car l’égalité d’accès à l’éducation pour tous doit être préservée et le savoir émancipateur est un bien précieux.

Muriel Ressiguier
Députée de la 2ème circonscription de l’Hérault

[Communiqué de presse] Engagements au Pacte de Transition Ecologique

En tant que Conseillère Municipale d’opposition, je souhaite souligner deux aspects auxquels je serai particulièrement attentive pendant ce mandat de 6 ans. Je m’engage à consulter nos concitoyens sur ces points et à relayer leurs avis. 

Le premier est justement celui de la démocratie et il me semble indispensable que les grands choix de cette ville puissent être débattus en Conseil Municipal et que les citoyens soient informés au préalable des enjeux de ces choix.

Le Conseil Municipal ne peut être seulement la chambre d’enregistrement de décisions prises par le maire seul. Même si la possibilité existe, elle n’est en rien obligatoire et le Conseil Municipal ne devrait pas déléguer certaines de ses attributions, pour la durée du mandat, concernant des aspects aussi cruciaux que :

  • l’affectation des propriétés communales,
  • la réalisation d’emprunts,
  • la préparation et la passation de marchés,
  • les zones d’aménagement concerté
  • ou encore les droits de préemption.

Le second point, auquel je serai particulièrement attentive, concerne le Pacte pour la Transition. Ce pacte de 32 propositions pour accélérer la transition écologique, sociale et démocratique a été signé par les têtes de nos trois listes. L’échelle locale est en effet primordiale pour cette transition indispensable pour la planète et la qualité de notre vie à tous. Si la nature et l’ampleur des engagements pris diffèrent entre nos listes, nous pouvons prendre l’engagement de suivre la mise en œuvre des engagements signés par François Commeinhes et de le faire en lien avec les habitants. La liste majoritaire a pris 26 engagements sur les 32 mesures du Pacte.

J’en reprends ici quatre qui impliquent une inflexion très nette de la politique menée jusqu’ici : 

Mesure N° 8. Préserver et développer les trames vertes (couvert végétal), bleues (cycles de l’eau), et noires (éclairage) pour redonner sa place au vivant sur le territoire La signature de l’engagement de protéger l’existant et de zéro artificialisation des sols aurait permis d’empêcher la construction sur le parc du carmel. J’attends donc après cette signature, l’arrêt des projets réduisant le couvert végétal. 

Mesure N° 24. Assurer l’accès à un logement abordable et décent pour toutes et tous La signature de cet engagement demande un strict respect de la loi SRU (25% de logements sociaux, la demande sociale n’étant pas couverte), et de construire les nouveaux logements de manière non ségrégée (intégrés dans des immeubles ou quartiers à loyer du marché, et bien insérés dans les réseaux de transports en commun). J’attends donc une priorité au logement social en centre-ville. 

Mesure N° 27. Favoriser l’inclusion des personnes les plus éloignées du monde du travail avec une politique locale de l’emploi tournée vers la transition écologique du territoire et à dimension sociale L’engagement pris est de Renforcer les liens avec les structures d’insertion, les acteurs de l’Insertion par l’activité économique et les structures impliquées dans la transition écologique pour créer un écosystème tourné vers l’emploi durable, respectueux des droits humains et de l’environnement. J’attends donc des décisions fortes concernant l’arrêt total des travailleurs détachés et des clauses écologiques et sociales dans les marchés publics. 

Mesure N° 28. Mettre en place et renforcer les dispositifs de participation, d’initiative citoyenne, de co-construction de la commune et de ses groupements L’engagement pris est de renforcer la transparence et la communication autour des données de la commune, et des travaux du conseil municipal et garantir lors des séances des conseils municipaux un temps de prise de parole des habitants. Organiser des sessions de formations collectives, élus-agents-habitants, à d’autres modalités de gouvernance partagée, de prise de décision et de méthodes de dialogue. J’attends donc la possibilité de questions des habitants dès le prochain conseil municipal et la mise en place rapide de modalités de gouvernance partagée. 

Madeleine Estryn
Conseillère Municipale
Groupe Ensemble pour Sète

[Communiqué de presse] c’est le moment de mettre ses actes en accord avec ses paroles

Mairie de Sète (© Melody Noisette)

Conseil Municipal du 04/07/2020 – délibération 5 – Délégations accordées au maire. Intervention de Laura Seguin 

Le Conseil Municipal est amené à voter pour la délégation de décision sur 29 compétences. Une fois accordée, il ne pourra plus intervenir sur ces délégations et ne sera qu’informé a posteriori des décisions que vous seuls prendrez.

Cette décision ne doit pas être perçue comme une simple formalité. Elle aura en réalité des conséquences lourdes sur la vie démocratique de notre conseil municipal, de notre commune, durant ces 6 prochaines années. Les compétences de gestion qui sont du ressort du conseil municipal, donc d’une assemblée, sont mises dans les mains d’un seul homme.

Certaines compétences peuvent effectivement être déléguées car elles concernent le bon fonctionnement de la vie municipale et permettent d’agir avec plus de rapidité et d’efficacité.

Mais un certain nombre de compétences sont à garder au sein du conseil municipal pour faire l’objet d’un débat démocratique et constructif au sein de notre assemblée : la signature des prêts bancaires, l’affectation du patrimoine communal, l’exercice du droit de préemption, la signature de convention pour la création d’une ZAC (Zone d’aménagement concertée) pour les projets d’aménagement.

Mais aussi les décisions concernant les attributions de marchés publics passés par la commune. Certes on peut donner délégation au maire pour certains marchés publics, mais au delà d’un certain seuil de montant, qui concerne donc des projets importants, la décision devrait relever du conseil municipal et non du maire seul.

Enfin, le pouvoir d’organiser la participation du public par voie électronique pour les projets qui font l’objet d’une évaluation environnementale mais non soumis à enquête publique. On sait que les projets de construction portant atteinte à l’environnement, il y en a encore de programmés : est-ce qu’il ne serait pas judicieux de pouvoir décider en conseil municipal quels projets devraient être soumis à participation des habitants pour évaluer leur opportunité, pour comprendre s’ils répondent bien à leurs besoins, etc. Je crains que si la participation des habitants ne relève que du pouvoir d’un seul homme, elle ne soit jamais réellement mise en œuvre dans les années à venir.

Certes, la loi autorise le Maire à avoir tout pouvoir de décision sur ces compétences. Mais elle ne n’interdit pas de les maintenir au sein du débat démocratique et de notre assemblée riche de sa diversité politique. C’est la conception de la gestion des affaires publiques que nous défendons.

Le maire a dit dans une interview vouloir nourrir « le dialogue républicain et démocratique » dont le pays a besoin, et dans une autre que « le temps est venu du travail en commun », c’est le moment de mettre ses actes en accord avec ses paroles.

[Communiqué de presse] Gérald Darmanin sera-t-il à la hauteur de nos attentes ?

Image Pixabay License

La FA-FPT police municipale prend acte de la nomination de Gérald Darmanin au Ministère de l’Intérieur. 

Compte tenu des propos et des positions tenus par Christophe CASTANER, son éviction de la Place Beauvau n’est pas véritablement une surprise pour notre organisation syndicale précise Jean-Michel WEISS, Secrétaire national de la FA-FPT en charge de la police municipale.

La FA-FPT police municipale espère que le nouveau Ministre de l’Intérieur va rapidement traiter les dossiers latents concernant les policiers municipaux et les gardes-champêtres. Nous attendons depuis longtemps un nouveau positionnement de la police municipale dans le carcan sécuritaire Français. Plus de 21 ans, après la Loi dite « Chevènement » relative aux polices municipales, il est urgent de prendre des mesures législatives d’ampleur afin de caler l’attente de la population, les besoins des élus et les revendications de la filière.

La FA-FPT police municipale attend maintenant la publication du Livre Blanc relatif à la sécurité intérieure et notamment la partie concernant le « continuum de sécurité ». Il en va de la responsabilité du Chef de l’Etat de tenir sa parole et de traiter la problématique de sécurité en France, en dotant les policiers municipaux et les gardes-champêtres de compétences, de moyens afin de faire face aux problèmes du quotidien dans le seul but d’être plus autonomes et efficients.

Cela passera également par un meilleur suivi des procédures et une simplification de la procédure dans le cadre de la forfaitisation des amendes par exemple.

La FA-FPT police municipale souhaite une réunion rapide de la Commission Consultative des Polices Municipales afin de traiter de ces dossiers rapidement en précisant que le volet salarial, social et indemnitaire restent notre principale priorité.

Jean-Michel WEISS
Secrétaire national de la FA-FPT en charge de la police municipale

Pays de Lunel : La CCPL débloque 152 000€ pour le Fonds L’OCCAL

Pays de Lunel : La CCPL débloque 152 000€ pour le Fonds L'OCCAL (CR CCPL)

Pour accompagner les entreprises du Pays de Lunel, dans la crise économique, funeste conséquence de la crise sanitaire, la CCPL a décidé de débloquer 152 000€ pour le Fonds L’OCCAL.

VOIR AUSSI : [VIDÉO] Pays de Lunel : Mesures de soutien , « les entreprises sont la richesse d’un territoire »

En Occitanie, le tourisme, le commerce de proximité et l’artisanat représentent plus de 40 000 entreprises, près de 38 000 d’entre elles comptent moins de 3 salariés. En parallèle, avec 30 millions de touristes accueillis chaque année, 200 millions de nuitées pour un chiffre d’affaires de 15,9 Mds€, l’Occitanie est l’une des plus grandes destinations touristiques françaises.

Un fonds à destination des acteurs économiques du tourisme, du commerce de proximité et de l’artisanat

Le Fonds L’OCCAL est destiné aux acteurs économiques du tourisme, du commerce de proximité et de l’artisanat. Ce nouveau fonds de solidarité a été lancé par la Région Occitanie pour aider les entreprises à remettre à flot leur trésorerie avec des avances remboursables et/ou à investir dans du matériel de distanciation (aide à l’investissement de 50%).

Le fonds L’OCCAL est doté d’une enveloppe de près de 80 M€, financée à hauteur de 19,3 M€ par la Région et 17,8 M€ par la Banque des Territoires. Ces financements sont complétés par la participation des Départements et des Intercommunalités de notre grande région. Le fonds sera effectif jusqu’au 31 décembre 2020.

Le fonds est géré par un comité départemental d’engagement avec l’ensemble des partenaires, associant également les Chambres consulaires et opérateurs de proximité. Il se réunit tous les 15 jours pour répondre rapidement aux demandeurs.

Les entreprises du Pays de Lunel souhaitant bénéficier de ce fonds ou ayant des questionnements sur leur reprise d’activité peuvent se rapprocher du service développement économique, innovation et agriculture de la Communauté de Communes du Pays de Lunel. Madame Carole Guillet Vallat est disponible par courriel sur c.guillet@paysdelunel.fr et par téléphone au 06 49 17 55 16.

Frontignan : Huit toiles à découvrir, sous les étoiles

Huit toiles à découvrir, sous les étoiles (CR Frontignan la Peyrade)

À Frontignan la Peyrade, l’été verra briller les étoiles au-dessus et sur la toile.

VOIR AUSSI : Grabels : Opération « été solidaire »

Les 8 séances se dérouleront entre le 15 juillet et le 17 août et seront proposées selon deux formules. La première formule, « Écran total » invite les familles à 4 projections gratuites de comédies pour tous inédites en avant-première ou sortie nationale. La deuxième formule, les « Emmuscades » entraînent les cinéphiles autour de film de répertoire au milieu des domaines viticoles avec dégustations de brasucade de moules et muscat sec.

Programme de la formule « Écran totale »

Les séances sont proposées gratuitement par la Ville de Frontignan et le CinéMistral. Le nombre de places est limité à 200 personnes. La réservation est obligatoire et le retrait des places auprès du CinéMistral (renseignements au 04 67 48 92 77).

  • Lundi 20 juillet 2020 – 22h, jardins du CinéMistral, avenue Frédéric-Mistral.

AdorablesAvant-première de Solange Cicurel (Fr-Be – 2020) – Comédie, Tous publics
Acteurs principaux : Elsa Zylberstein, Lucien Jean-Baptiste, Ioni Matos

Emma et Victor sont les parents de Lila. Alors qu’elle fête ses 14 ans, Lila commence sa crise d’ado et passe d’une enfant parfaite à une adolescente insupportable. Victor tente d’apaiser les tensions, mais entre mère et fille, la guerre est déclarée ! Tous les coups sont permis et plus question d’être adorables

  • Lundi 27 juillet – 22h, centre de loisirs des Mouettes, avenue Vauban.

L’aventure de Margueritede Pierre Coré (Fr- 1h26min – 2020 )
Comédie, à partir de 8 ans.
Principaux acteurs : Lila Gueneau, Alice Pol, Clovis Cornillac

Marguerite et Margot ont toutes les deux douze ans, avec chacune sa famille, ses copains, ses problèmes… Et son époque. Car l’une vit en 1942 et l’autre en 2018. Mais c’est sans compter sur une mystérieuse malle magique qui les transporte chacune dans l’époque de l’autre. Margot et Marguerite ont un autre point commun : leur père n’est plus là, disparu en pleine seconde Guerre Mondiale ou n’habitant plus à la maison. À 70 ans d’écart, elles se lancent dans une grande aventure pour retrouver leurs présents, explorant l’Histoire, mais aussi la mémoire de leurs familles.

  • Lundi 10 août – 21h30, Jardins du CinéMistral, avenue Frédéric-Mistral

Bigfoot Family, animation, comédie (Bel – 1h32min – 2020)
De Ben Stassen, Jérémie Degruson
Avec Kyle Hebert, Pappy Faulkner, Yuri Lowenthal

Depuis son retour en ville, Bigfoot est devenu la star des médias. Au grand dam de son fils Adam qui rêvait d’une vie de famille paisible. L’adolescent essaye de dompter les incroyables pouvoirs hérités de son père et trouve réconfort auprès de la folle ménagerie abritée sous son toit.
Lorsque Bigfoot est alerté par des militants écolos, il s’envole pour l’Alaska, bien décidé à combattre les méfaits de la société pétrolière X-Trakt. Quelques jours plus tard, le monde entier est sous le choc : l’aventurier velu a disparu.
Le sang d’Adam ne fait qu’un tour. Cap sur le Grand Nord avec sa mère Shelly, Trapper un raton laveur intrépide et Wilbur l’ours maladroit, pour retrouver son super-papa…

  • Lundi 17 août – 21h30, Cour de l’école des Lavandins, impasse des Lavandins – La Peyrade

Les blagues à Toto
Comédie (Fr – 2020)
De Pascal Bourdiaux
Avec Guillaume De Tonquédec, Anne Marivin, Ramzy Bedia

À l’école, Toto est bien plus doué pour faire rire ses copains qu’écouter les leçons de la maîtresse. Avec ses parents aussi, les blagues de Toto se transforment souvent en catastrophes… La dernière en date ? La chute d’une sculpture pendant un évènement organisé par le patron de son père. Mais cette fois-ci, Toto assure qu’il est innocent et refuse d’être accusé d’une bêtise que pour une fois, il n’a pas faite ! Avec ses meilleurs amis, il va mener l’enquête.

Programme de la formule « Emmuscades » (Cinéma, muscat et brasucade dans les domaines viticoles)

Cette année, la saison des séances de cinéma en plein air s’ouvre, par la 14e édition des Emmuscades, fameuses soirées qui proposent d’allier, brasucade de moules et muscat avant la projection d’un film classique ou rare.

Concoctée par les Hallu’Cinés, en partenariat avec la Ville, la programmation conduira le public dans 3 domaines viticoles, le Mas de Rimbault, Le Château de la Peyrade et le Domaine de la Plaine – pour des films de répertoires, d’époques et d’origines différentes à découvrir ou redécouvrir. L’inscription est obligatoire, sur https://www.frontignan-tourisme.com/. Les domaines ouvrent à 19h30, la projection est réalisée à la tombée de la nuit (1 film + 1 verre de muscat + 1 assiette de brasucade = 12€ (- 10 ans : 10 €)) Pique-nique tiré du sac autorisé et conseillé !

  • Mercredi 15 juillet – Domaine de La Plaine

Nous Les Coyotes de Marco La Vida et Hanna Adoul
Réalisation ; Hanna Ladoul et Marco La Via
Acteurs principaux : Morgan Saylor, McCaul Lombardi, Betsy Brandt
États-Unis, France, 2018, 1h27 min.

Amanda et Jake ont la vingtaine et veulent commencer une nouvelle vie ensemble à Los Angeles. Rien ne se passe comme prévu pour le jeune couple. Leur première journée dans la Cité des Anges va les emmener de déconvenues en surprises d’un bout à l’autre de la ville.

  • Mercredi 22 juillet 2020 – Mas Raimbault

Les Vitelloni
Réalisation : Federico Fellini
Acteurs principaux : Alberto Sordi, Franco Interlenghi, Franco Fabrizi
France, Italie, 1954, 1h43 min.

Dans une petite ville balnéaire animée seulement par le carnaval et la période des vacances, cinq jeunes gens mènent une vie de désœuvrés, d’inutiles, qui leur vaut d’être appelés « Vitelloni », « les grands veaux »…

  • Mercredi 29 juillet 2020 – Château de la Peyrade

Excalibur
Réalisation : John Boorman
Acteurs principaux : Nigel Terry, Helen Mirren, Cherie Lunghi
États-Unis, Grande-Bretagne, 1981, 2h15 min.

Uter Pendragon reçoit de Merlin l’enchanteur l’épée mythique Excalibur. À la mort d’Uter, l’épée reste figée dans une stèle de granit. Seul le jeune Arthur, fils illégitime d’Uter parvient à brandir l’épée Excalibur et devient par ce geste le roi d’Angleterre. Quelques années plus tard, il épouse Guenièvre et réunit les Chevaliers de la Table Ronde. Mais sa demi-sœur, la méchante Morgane, parvient à avoir un fils d’Arthur qui va le pousser à sa perte…

  • Mercredi 5 août 2020 – Domaine de la Plaine

Hana-Bi
Réalisation : Takeshi Kitano
Acteurs principaux : Takeshi Kitano, Tetsu Watanabe, Kayoko Kishimoto
Japon, 1997, 1h43 min.

Nishi est policier. Son épouse est atteinte d’un cancer en phase terminale. Suite à une fusillade son partenaire Horibe devient paraplégique et un autre de ses collègues est tué. Nishi démissionne alors afin de commettre un casse pour rembourser d’importantes dettes contractées auprès des yakuzas et, finalement, chercher un sens à sa vie…

Covid-19 : En Occitanie, 17 nouveaux cas positifs, par jour

(CR)

Au 7 juillet 2020, il y a au total, en Occitanie, 58 hospitalisations en cours (-1) dont 10 en réanimation (stable) et 512 décès à l’hôpital (stable).

VOIR AUSSI : Covid-19 : En Occitanie, 59 hospitalisations en cours

La semaine dernière, plus de 17 cas positifs (par jour) ont été signalés aux équipes de l’Assurance Maladie en Occitanie (117 cas depuis le 30/06). En moyenne, 0,7% des tests sont positifs en Occitanie. Près de 20 000 tests sont réalisés en moyenne chaque semaine dans la région actuellement.

Selon le dernier bilan du coronavirus en France, communiqué le 7 juillet dans la soirée, il y avait, mardi soir, 168 810 cas confirmés (+475 en 24h), 77 655 retours à domicile (+336 en 24h), 7 594 hospitalisations (-256 en 24h), 538 en réanimation (-10 en 24h) et 19 457 (+34 en 24h) décès à l’hôpital.

Selon les dernières analyses de l’INSEE, la région Occitanie figure parmi les régions les moins impactées par l’épidémie de Covid-19 en France, avec 4 % de décès supplémentaires entre le 2 mars et le 10 mai dernier.

En Occitanie, entre le 2 mars et le 10 mai 2020, on dénombre 463 décès supplémentaires (enregistrés au lieu de résidence), soit 4 % de plus par rapport à la même période en moyenne sur les cinq années précédentes (2015 à 2019).

À titre comparatif, la surmortalité en France s’élève à 22% sur la même période. L’INSEE précise que ce surcroît de décès ne doit pas être interprété comme le nombre de décès liés seulement à la Covid-19. Les décès liés à d’autres causes peuvent avoir également évolué par rapport à la période de comparaison. Ainsi, un effet évident de la mise en place du confinement de la population depuis le 17 mars 2020 est la réduction du nombre de décès dus aux accidents de la route.

Dans notre région, les départements du Lot, du Gers et du littoral affichent l’excédent de mortalité totale le plus élevé (de 6 % à 15 %). À l’inverse, l’Ariège, la Lozère, le Tarn, le Tarn-et-Garonne et la Haute-Garonne ne présentent pas d’excédent de décès par rapport à la moyenne des décès enregistrés à la même période entre 2015 et 2019.

Remaniement, Bercy redevient « puissant », aux commandes : Bruno Le Maire

Remaniement, Bercy redevient "puissant," aux commandes : Bruno Le Maire (CR Twitter)

Remaniement. Renforcé, Bruno Le Maire a été promu ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance, et obtient la tutelle de trois ministres délégués : Olivier Dussopt pour les Comptes Publics, Agnès Pannier-Runacher pour l’Industrie, et Alain Griset pour les PME.

C’est donc un Bercy puissant que s’apprête à diriger Bruno Le Maire. Une configuration jamais vue depuis Dominique Strauss Kahn, en 1997. Aux commandes pour piloter la relance de l’économie, le ministre qui souhaitait rester tout le quinquennat à ce poste est confirmé dans ses fonctions et plus encore. Il prend la tête de l’ensemble des administrations du ministère, dont il partageait jusqu’ici la responsabilité avec Gérald Darmanin, parti à l’Intérieur.

Une droite plus forte s’installe au sein de ce nouveau gouvernement, avec si on peut encore les appeler ainsi, des ex-socialistes poussés dehors, comme Nicole Belloubet, Christophe Castaner, Didier Guillaume, et Sibeth Ndiaye.

Pilier de cette fin de quinquennat, Bruno Le Maire se retrouve avec une France qui devrait emprunter 260 milliards d’euros cette année : un record ! Comme depuis le début de la crise du coronavirus le ministre de l’Économie va devoir poursuivre une gestion très compliquée de l’économie française, durement touchée par la récession.

Priorité du chef de l’État : l’économie est devenue centrale. Pour rappel, Bruno Le Maire a mis en oeuvre le programme économique d’Emmanuel Macron. Il a porté la loi Pacte sur la croissance et la transformation des entreprises. Une loi qui allège certaines obligations des employeurs et facilite l’intéressement des salariés. Traqueur de l’optimisation fiscale des géants du numérique (GAFA), il se bat aussi à Bruxelles pour obtenir une imposition minimale sur les bénéfices des sociétés. Et depuis le mouvement des Gilets Jaunes débuté en 2018, il semblerait que Bruno Le Maire affiche un certain souci pour répondre aux difficultés des Français les plus modestes. 

Cet ancien secrétaire d’État aux affaires européennes de 2008 à 2009, mais aussi ancien ministre de l’Agriculture de 2009 à 2012 du gouvernement Fillon ambitionne de réformer le capitalisme pour le rendre plus vert et moins inégalitaire. À suivre…

VOIR AUSSI : CPME34, mobiliser pour une croissance durable

VOIR AUSSI : [DIRECT] Jean Castex dévoile son gouvernement