Aéroport de Montpellier crash climatique le 8 novembre (©Alternatiba)
Aéroport de Montpellier crash climatique le 8 novembre (©Alternatiba)

Le dernier vol en provenance de Paris a vu un crash climatique à Montpellier. Le 8 novembre au soir, Alternatiba, Greenpeace, ANV-COP21 et Extinction Rebellion mobilisaient leurs militants pour s’allonger sur le sol du hall de l’aéroport, simuler la mort, et alarmer sur la gravité du dérèglement climatique.

Ces activistes se mobilisent contre le « toujours plus d’avions. » Ils dénoncent la communication très greenwhashing de l’aéroport de Montpellier qui se revendique un aéroport zéro carbone. Leur leitmotiv : « Atterrissons d’urgence, pour une justice sociale, économique et climatique. »

Ils souhaitent l’abandon de la liaison aérienne Paris-Montpellier « au profit de trajets en train 50 fois moins émetteurs de CO2. » Leur constat : « le nouveau terminal qui a coûté 16 millions d’euros permettra déjà d’atteindre les 2,5 millions de passagers par an, une nouvelle extension encore plus coûteuse est prévue. Pour les responsables de l’aéroport la prise en compte du climat se limite à quelques mesures d’éco-blanchiment concernant la seule infrastructure au sol, ignorant l’impact du trafic aérien lui- même. »

Leurs solutions : Arrêter les projets de construction et d’extension des aéroports, supprimer les vols lorsqu’une alternative en train existe en moins de cinq heures, améliorer et développer l’offre de train de jour et de nuit, supprimer l’exonération de taxe du kérosène et ramener la TVA des billets à 20%, réguler les jets privés et les vols d’affaires, réorienter les subventions publiques à l’aviation vers des secteurs durables d’intérêt collectif. Mais aussi : relocaliser les emplois, redynamiser le tourisme local et en finir avec le tourisme de masse, renforcer le réseau ferroviaire européen et rendre les transports accessibles à tous, soutenir les mobilités actives et moins polluantes, opter pour la sobriété énergétique y compris dans le secteur du transport.

Partager l'article :