Attaques de troupeaux sur le Mont Lozère, le Département en soutien (© Lozère)

Ces dernières semaines, cinq exploitations (Yves Commandré, Jacques Pradeilles, Francis Durand, Christophe Durand et Gérard Meyrueix) situées sur le Mont-Lozère ont subi des attaques.

Du côté de la vallée du Lot, une quinzaine de brebis ont été tuées, blessées ou euthanasiées du fait de blessures consécutives à une attaque, le 8 septembre. Au total une trentaine quinzaine de bêtes ont été tuées, ces dernières semaines.

En réaction, le Département a saisi, une nouvelle fois, le préfet coordonnateur du plan « loup et activités d’élevage », pour demander la régulation des populations par la Brigade anti-loup avec des  tirs de prélèvement et l’autorisation des tirs de défense pour les agriculteurs.

Pour la présidente du Département Sophie Pantel, « au-delà de la perte de l’animal on ne mesure pas assez le traumatisme psychologique que subissent les éleveurs. Sur nos territoires, l’élevage extensif permet le maintien de la biodiversité et la lutte contre les incendies. A l’heure où les Français portent une attention de plus en plus grande à la consommation locale et à la traçabilité des produits, ce type d’élevage est un gage de qualité grâce à l’excellence du travail réalisé par ces femmes et ces hommes, que la présence du loup remet perpétuellement en cause. Il est important que tous les acteurs prennent conscience qu’il s’agit là de la survie d’un modèle d’agriculture respectueux de l’environnement. » 

En soutien, le Conseil départemental était présent, mercredi à La Brousse, sur la commune du Pont-de-Montvert-Sud-Mont-Lozère, pour soutenir les éleveurs bovins. Sur place, le Conseil départemental était représenté par Robert Aigoin, président de la commission économie circulaire, agriculture et accompagnement des filières, et Alain Lafont, conseiller départemental du canton de Saint-Etienne-du-Valdonnez.

 

Partager l'article :