Ensemble en 2019 (© Ensemble)
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

La séquence des élections régionales et départementales se termine.

Ensemble ! 34 avait soutenu pour les élections régionales la liste d’Occitanie Populaire, menée par Myriam Martin, et pour les élections départementales les binômes du Printemps Héraultais (ainsi que les listes sœurs comme Hérault Debout à Saint-Pons, l’Alternative Sociale et Ecologique dans le Bitterois, Renouveau à Ganges-Lodève).

Au premier comme au second tour, le premier fait notable est que seulement une électrice ou un électeur sur 3 sont allés voter. Remporter une élection dans de telles conditions nécessiterait, pour Carole Delga et Kleber Mesquida, un peu d’humilité et un engagement dans une refonte démocratique du pays. Au contraire, les sortant·es réelu·es et la classe dirigeante, et en premier lieu le gouvernement pourtant écrasé électoralement, ignorent cette « fracture démocratique » que représente ce nouveau record de l’abstention.

La démocratie représentative de la Ve république est à bout de souffle, il est urgent de porter un nouveau projet démocratique.

Mais sans attendre une VIe République pourtant nécessaire, il faudrait pourtant discuter dès aujourd’hui de la mal-inscription sur les listes électorales, de la reconnaissance du vote blanc, de la proportionnelle intégrale, du RIC, d’un seuil de participation minimal pour légitimer un vote… En rester à des solutions techniques n’est pas responsable.

L’Occitanie Populaire a été la seule liste à vouloir démasquer les impostures de l’extrême droite et à en faire un élément de campagne. On ne peut par conséquence que se réjouir de la baisse de l’audience électorale du RN, mais il faut rester vigilant·es car il n’est pas du tout sûr que le danger soit définitivement éloigné…

Nous avons voulu porter, à ces élections régionales et départementales, des réponses aux urgences sociales, climatiques et démocratiques.

Force est de constater, au-delà du temps très court de campagne et des médias régionaux au service des sortant·es, que nous n’avons pas su convaincre ni mobiliser celles et ceux qui partagent ces préoccupations.

Concernant la nouvelle assemblée régionale, suite à l’attitude sectaire de Carole Delga, qui s’appuie sur un mode de scrutin antidémocratique, il n’y aura malheureusement plus d’élu·es de la gauche de transformation sociale et de l’écologie au conseil régional d’Occitanie. Dans un contexte aussi difficile, le refus d’EELV de faire liste commune avec les forces politiques de l’Occitanie Populaire a pesé lourd et les résultats du 20 juin montrent à quel point l’unité était nécessaire pour faire rentrer l’écologie, la solidarité et un renouveau démocratique à la Région dans cette nouvelle mandature.

Ce rassemblement, nous l’avons réussi dans l’Hérault avec le Printemps Héraultais qui a réuni 18 % des votant·es au premier tour. Le Printemps Héraultais et ses listes sœurs, soutenus par EELV, LFI, Génération.s, Ensemble !, GDS, le PG – avec même dans l’un des cantons le soutien du PCF a porté une alternative politique solidaire, écologique et radicalement démocratique dans ces élections. C’est cette démarche qu’il faut travailler, élargir et renforcer, car c’est cette démarche qui peut nous aider à répondre aux enjeux de l’heure.

Globalement les sortant·es réélu·es ne répondront pas aux urgences de l’heure, qu’elles soient sociales, démocratiques ou écologiques.

Ils et elles vont reprendre le ronron de l’entre-soi, conforté·es par leur réélection et oubliant l’abstention.

Une exception toutefois dans ce tableau peu encourageant, les conseiller·es départementaux du canton de Sète Véronique Calueba et Gabriel Blasco. Un travail en commun avec eux est possible. C’est ce que nous avions proposé dès le premier tour et c’est ce que nous proposerons à nouveau.

Quoi qu’il en soit, il va falloir s’organiser, se mobiliser localement, départementalement, régionalement et à l’échelle nationale pour gagner des luttes contre les grands projets inutiles et écocides, pour imposer des réformes démocratiques essentielles et combattre la précarité.

Ensemble ! 34 continuera à faire exister une alternative au capitalisme posant la nécessité et la possibilité d’une transformation de tous les rapports sociaux, d’une humanité émancipée. L’impératif démocratique doit être au cœur de ce projet.

Ensemble ! 34 prendra donc dès la rentrée des initiatives autour d’une analyse critique de la situation politique permettant de remobiliser les militant·es et de ramener les électrices et électeurs aux urnes en vue de la construction d’une alternative politique crédible et utile à toutes et tous.

Ensemble ! 34

Partager l'article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram
À LA UNE

Covid-19 : L’hôpital en tension en Occitanie

L’ensemble des indicateurs continue de progresser très fortement en Occitanie avec un taux d’incidence moyen supérieur à 420/100 000 habitants. Selon les services de l’Agence Régionale de Santé (ARS), les...

Le Festival de Jazz de Lunel revient du 5 au 7 août

Le Festival de Jazz de Lunel propose deux rendez-vous musicaux par jour, pour le plus grand bonheur des amoureux du jazz. Cette année, le Labory Jazz Club revient pour nous...

SOUTENEZ LE MOUVEMENT

Soutenez Le Mouvement !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 66% !

Je participe
VIDÉO, INTERVIEW, ÉMISSIONS​
LES PLUS LUS
ANNONCES LÉGALES