© Capture d’écran
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

Le Président a été agressé en marge d’un déplacement, alors qu’il s’approchait des quelques personnes présentes à la sortie du lycée hôtelier de Tain-L’Hermitage.

L’individu a saisi l’avant-bras du président, puis l’a giflé en s’écriant « Montjoie Saint-Denis ! À bas la Macronie ! », reliant son action aux idées antirépublicaines des royalistes français.

Selon franceinfo, deux hommes ont été interpellés, et placés en garde à vue dans la foulée.

Pour la Présidente de Région : « Assez ! le temps du sursaut républicain est venu »

« L’agression dont a été victime ce jour Emmanuel Macron est inadmissible. S’en prendre physiquement au Chef de l’État, c’est s’en prendre aux fondements mêmes de la République et de la démocratie, car ce sont bien elles qui sont visées », explique l’élue avant de continuer, « comme de nombreux élus de terrain, je constate depuis des mois la dégradation du débat politique dans notre pays. Je veux le redire haut et fort : cette dégradation a des conséquences quotidiennes pour toutes celles et tous ceux qui œuvrent pour l’intérêt général.

Le nombre d’agressions d’élus, mais aussi d’agents du service public ne cesse d’augmenter, tout comme les menaces verbales et physiques, et des actes indignes se répètent à intervalles réguliers, comme récemment l’intrusion dans l’hémicycle du Conseil régional d’Occitanie par des activistes d’extrême droite de l’Action Française. »

Surtout « Le débat politique dans notre pays ne peut se résumer à une violence verbale continue, alimentée par des fausses rumeurs, des thèses complotistes ou extrémistes. La situation dans laquelle se trouve le pays après plus d’un an d’une crise sanitaire et économique sans précédent, nécessite du sang-froid, de l’éthique et de la responsabilité. La France doit retrouver rapidement le chemin de l’union et du collectif. »

« L’agression du Président de la République témoigne de l’état de  notre vie politique et démocratique » – Aurélien Pradié

Pour le Député du Lot, secrétaire général des Républicains et candidat à la présidence de la Région Occitanie, « l’agression du Président de la République est intolérable. Ce geste est un geste de lâcheté.  Aucun désaccord, même profond, ne peut le justifier. Je le condamne fermement. Aujourd’hui, l’image d’un citoyen s’en prenant à une institution de la République dit beaucoup  de l’état de notre société. La vie démocratique de notre pays souffre. Il nous faut  collectivement prendre conscience de cela.  

Nous, responsables politiques, sommes les premiers concernés. Dans les moments troubles  que nous traversons, les comportements de certains élus viennent conforter le délitement des  valeurs auquel nous assistons dans l’ensemble de notre pays. Peu à peu, la vie politique s’est abîmée. Entre opportunismes, mise en scène de  communication, perte du respect et division des français. Peu à peu nous avons banalisé le  pire. Dans notre Région, la violence politique n’est pas absente. De l’invasion du conseil  régional avec la complicité d’un élu RN, jusqu’aux menaces physiques de la part des candidats  extrémistes, la violence est partout. 

Depuis plus de 4 ans, notre opposition au Président de la République et notre combat contre  l’extrême-droite se font par les idées. À quelques jours d’un scrutin démocratique essentiel, il  est grand temps que nous retrouvions nos repères les plus fondamentaux, en commençant  par une vie politique plus digne. »

Du côté de Florence Gutknecht, colistière d’Antoine Maurice, candidat aux élections régionales, « la violence des gestes ajoutée à celle des mots vis-à-vis des élus de la République et des candidats est intolérable ».

Du côté de la Présidente du Département du Gard, Françoise Laurent-Perrigot, « le Président de la République en déplacement dans la Drôme vient d’être victime d’un acte violent. Je condamne fermement ce geste qui n’a pas sa place dans notre démocratie et notre République.  J’appelle solennellement chacun et chacune à refuser que la violence s’empare du débat démocratique et invite l’ensemble des candidats, sympathisants, militants et citoyens à des campagnes électorales dignes dans le respect de nos institutions républicaines. »

Partager l'article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram
À LA UNE

Frontignan : 24e Festival International du Roman Noir, à découvrir du 10 au 12 septembre

Au programme du célèbre rendez-vous frontignanais, des villes et des champs… et toutes les géographies du roman noir Trente auteurs sont au rendez-vous de cette célébration littéraire de Frontignan et...

Hérault, Départementales 2021 : François Moreaux, Gwenaëlle Guerlavais, Bruno Chichignoud, Florence Volaire (©JPV)

[VIDEO] Canton de Saint-Gély-du-Fesc, le meeting : « Si on réussit, ça va secouer le cocotier ! » Bruno Chichignoud, candidat EELV

Ils avaient la volonté de débattre, et d’échanger avec les « fameux » candidats Lopez-Cristol, dits candidats LR-PS. Mais aucun d’eux selon les organisateurs n’a répondu favorablement, et le débat public s’est...

SOUTENEZ LE MOUVEMENT

Soutenez Le Mouvement !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 66% !

Je participe
VIDÉO, INTERVIEW, ÉMISSIONS​
LES PLUS LUS
ANNONCES LÉGALES

Annonces Légales

Sur Le Mouvement, publier une annonce légale n'a jamais été aussi facile et économique​.