Comme l’immense majorité de la population, le POI n’a aucune illusion sur le fait que les prochaines élections pourraient résoudre les problèmes auxquels la jeunesse, les ouvriers et les retraités sont aujourd’hui confrontés.

Le gouvernement a en effet utilisé la pandémie pour faire basculer le pays sous un régime autoritaire, dans le but unique de poursuivre toutes les contre réformes. Réforme de l’assurance chômage, cours en distanciel dans les universités, restructuration des hôpitaux, destruction du statut de la fonction publique, chômage de masse et délocalisation. Par tous les bouts, nos conquêtes sociales sont attaquées : il ne doit plus rien rester des acquis de 36 et de 45 pour ceux qui dirigent.

Pire, ce sont les libertés elles-mêmes qui sont menacées. Hier, au nom du COVID. Mais en ce moment même, des manifestations en faveur de la Palestine sont touT simplement interdites, sur ordre de Darmanin et avec le soutien de la maire de Paris PS Anne Hidalgo. Ce n’est plus la COVID qui est utilisée, mais c’est la lutte contre « l’antisémitisme ». Instrumentaliser les pires moments de l’Histoire pour soutenir une politique criminelle d’assassinat d’un peuple : voilà l’image de notre classe politique officielle !

Depuis des décennies, le rejet est palpable, et la dislocation des partis politiques habituels (en particulier le PS et LR) en est l’illustration. Plus personne ne s’enthousiasme pour les soupes électorales et les combines pour arriver in fine à faire réélire les vieux politiciens. Nous étions des millions contre la loi El Khomri, et il faudrait maintenant revoter pour eux ? Il faudrait revoter pour Delga, qui a soutenu Valls lors de la primaire socialiste, qui a soutenu Hollande et sa politique ? Delga qui avait installé la représentante du MEDEF 34 sur sa liste en 2015 ? Delga qui a privatisé le port de Port-la-Nouvelle ? Fusionner avec ces gens-là pour obtenir un strapontin ? Soyons clair : hors de question !

Dans ces conditions, tout pas en avant dans la voie de la résistance, de l’indépendance vis-à-vis de ceux qui nous ont menés dans la situation que nous connaissons, est bon à prendre.

C’est dans l’objectif de regrouper tous les militants et cadres du mouvement ouvrier qui cherchent à préparer la prochaine étape et à engager la voie de la rupture avec l’ordre ancien, que nous avons décidé de soutenir ceux qui sont l’illustration de cette recherche de résistance, et qui sont engagés dès maintenant dans les combats du quotidien.

Pour toutes ces raisons, nous soutiendrons les candidats de la LFI
Annie Salvador-Alberny et David Garcia sur Béziers 3.

POI
Comité du Bitterois

Partager l'article :