© Illustration sport

Depuis un an, les enseignants d’EPS découvrent le week-end, les nouvelles règles  sanitaires qui devront être mises en place le lundi.

La précipitation des décisions, l’absence de  concertation, l’absence d’anticipation de l’évolution de l’épidémie, ont même conduit le  Ministre Jean Michel Blanquer à communiquer entre le 23 avril et le 01 Mai, 3 informations  contradictoires (2 textes officiels et 1 communication radio) !

Même si la profession se réjouit de pouvoir réintégrer les espaces couverts dès le lundi 3 Mai  (nouveaux repères pour l’EPS publiés le samedi 1er Mai sur le site du Ministère), il n’est pas  moins inadmissible de déconsidérer et de mépriser ainsi le travail des enseignants, mais  également les élèves qui subissent un troisième changement d’activités au cours de ce  trimestre !

Le SNEP-FSU Hérault revendique :

  • Une généralisation des demi-groupes dans tous les établissements qui le jugent  nécessaire
  • Le recrutement immédiat de personnel enseignant.es d’EPS afin de pouvoir concilier  des groupes réduits et le volume horaire habituel
  • Un accès à l’ensemble des équipements sportifs
  • Un déblocage de moyens pour les élèves ayant subi le confinement (notamment des  moyens pour accéder au savoir nager)
  • Des créations massives de postes : alors que 1912 élèves sont attendus en plus dans  les collèges et Lycées de l’Hérault en septembre 2021, le rectorat prévoie 18 postes en  moins toutes disciplines confondues, dont 4 en EPS . Et nationalement le Ministre  prévoie 200 suppressions de postes en EPS pour 43 500 élèves supplémentaires : la  rentrée 2021 doit se préparer en renforçant l’EPS et le sport scolaire et non en les  l’affaiblissant !
  • La création d’un groupe de travail réunissant décideurs et professionnels (dont le  SNEP-FSU) pour étudier les scénarii possibles à la rentrée de septembre 2021 et les  mesures sanitaires à y associer pour l’EPS et le sport scolaire.

Le SNEP-FSU de l’Hérault appelle les enseignants d’EPS mais aussi les parents d’élèves et les  élus à se mobiliser pour un service public d’éducation de qualité.

SNEP FSU 34

Partager l'article :