Antenne-relais (© Illustration)
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

Mesdames, Messieurs les élu.e.s, des municipalités, des métropoles, communautés de communes de l’Hérault, du conseil général de l’Hérault, de la région Occitanie.

Nous avons l’honneur de vous adresser la présente lettre ouverte afin de connaître votre position publique concernant la 5G et vous inviter à en débattre avec les citoyennes et citoyens et décider d’un moratoire sur son déploiement.

Le déploiement de la 5G est controversé. Certaines villes d’Europe (en Autriche, Suisse, Italie, par exemple),et des États-Unis (comme au Connecticut, au Tennessee, en Floride, en Californie, etc…) , ont réussi à en bloquer le déploiement, et en France, une soixantaine d’élus dont les maires de Lyon, Bordeaux, Strasbourg, Tours, Grenoble, Marseille…, Grabels ont demandé dans une tribune un moratoire.

Nous vous détaillons à la fin de ce courrier les différents points qui suscitent des interrogations et des inquiétudes des institutions, des chercheurs et des citoyen.ne.s.

Nous souhaitons vous apporter un éclairage indispensable fondé sur des études scientifiques tangibles concernant les problèmes démocratiques, environnementaux, de santé publique et de libertés individuelles qui adviendraient si la 5G venait à être déployée ou étendue dans notre territoire.

Cette technologie se déploie en ce moment même sans concertation alors que son développement inquiète de plus en plus de citoyen.ne.s, vos administré.e.s.

Cela a été relayé par la Convention Citoyenne pour le climat qui a également demandé un moratoire. Il est inacceptable que l’exploitation commerciale de la 5G débute avant une évaluation complète sur ses impacts sanitaires, environnementaux et sociétaux et sans un débat public éclairé. 

Les pouvoirs publics et privés, dans leur course à la compétitivité, font fi de toutes les recommandations émanant de la littérature scientifique, des pétitions et actions des associations, des alertes de plus en plus insistantes de milliers de citoyen.e.s et d’expert.e.s scientifiques. Le principe de précaution, inscrit dans la loi en est bafoué.

Depuis un certain temps, de très nombreux appels dans de nombreux pays demandent l’arrêt de ces projets. L’ « Appel international pour l’arrêt du déploiement de la 5G sur terre et dans l’espace », notamment, a été signé par quantité de biologistes, biochimistes, médecins, physiciens, ingénieurs en génie électrique et autres personnalités.

Nous savons que ce déploiement ne servira in fine qu’à une infime portion de l’économie, pour la mise en œuvre d’une société du tout numérique, aux graves conséquences quant aux libertés individuelles, à l’environnement, à la gestion énergétique, à l’existence du vivant lui-même, le tout dans le plus grand déni du droit des peuples.

Le rapport préliminaire de l’ANSES d’octobre 2019, dit que la 5G va « favoriser la numérisation de la société en autorisant le développement de nouveaux usages tels que la réalité virtuelle, les transports intelligents (contrôle du trafic routier, optimisation énergétique…), l’industrie du futur (pilotage à distance des outils industriels, connectivité des machines…), la télémédecine ou encore l’éducation en ligne par exemple ». 

Ces objectifs sont hautement contestables, surtout pour les territoires où la fibre optique est déjà déployée. Le choix de civilisation sous-jacent n’a jamais été explicitement mis en débat : incidences sanitaires, impact environnemental, croissance exponentielle de la consommation d’énergie, impacts sur les libertés individuelles, augmentation exponentielle des volumes de données exploitées.

En décembre 2020, le Haut Conseil pour le Climat (nommé par E. Macron) a estimé que les prochaines attributions de fréquences pour la 5G ne devraient pas se faire sans évaluation préalable de ses impacts sur l’environnement et prévoit une augmentation de l’empreinte carbone du secteur numérique de 18 à 44,6% à l’horizon 2030, selon l’intensité du déploiement de la 5G.

Nul ne pourra plus dire qu’il ne savait pas.

Nous avons l’honneur de vous demander d’agir pour nous protéger en vous prononçant pour un moratoire sur le territoire dont vous avez la responsabilité. 

Il nous semble par ailleurs important de proposer des débats éclairants au sein de votre commune, de votre territoire afin de voir notamment si la société ultra connectée que nous propose cette technologie est bien le projet des citoyens ? Nous sommes à votre disposition pour toute rencontre sur cette thématique.

Vous pouvez nous adresser votre position, que nous relayerons objectivement, ou votre souhait de participer à un débat, prochain, sur le sujet en nous contactant via cette adresse mail :

stop5Gmontpellier@protonmail.com 

 Nous comptons sur vous !

Dans l’attente de connaître vos propositions dans ce sens, nous vous prions de croire, Madame, Monsieur l’élu.e à l’assurance de notre respectueuse considération.

Le Collectif Changeons le système, pas le climat !

Partager l'article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram
À LA UNE

Montpellier : De nouveaux locaux pour le Département d’Anesthésie Réanimation du pôle Neurosciences Tête et Cou

La visite de presse avait été annoncée de longue date par le service presse du Centre Hospitalier Universitaire de Montpellier (CHU). Visiblement, il n’y avait pas que la visite de...

Arnaud Montebourg à Montpeyroux mars 2021

[VIDEO] Arnaud Montebourg : du discours à l’action pour un monde qui change

Après une visite dans l’Aude, Arnaud Montebourg était à Montpeyroux dans l’Hérault ce vendredi 5 mars, où il a apporté tout son soutien à la démarche des coopérateurs engagés dans...

SOUTENEZ LE MOUVEMENT

Soutenez Le Mouvement !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 66% !

Je participe
VIDEO, INTERVIEW, EMISSIONS​
LES PLUS LUS
ANNONCES LEGALES