Amandine Verdier élue présidente de la JCE (CR Ville de Montpellier)

Le 19 décembre 2020, Amandine Verdier a été élue présidente 2020 de la JCE (Jeune Chambre Economique) de Montpellier pour 2021.

Âgée de 33 ans et originaire de Saint-Affrique (Aveyron), elle sera épaulée par Julie Gaillard élue secrétaire générale, Jérémy Fortéa trésorier, Anthony Gontier vice-président « partenariats et réseaux », Diane Belle vice-présidente communication, Rémy Sounier vice-président « vie de la JCE » et Lucile Rabiller vice-présidente Programme. Andreea Acxinte complètera l’équipe en sa qualité d’immédiate past-présidente.

Pour cette nouvelle année, Amandine Verdier souhaite relever plusieurs défis.  « Nous nous sommes adaptés en 2020 dans le contexte de la crise sanitaire. En 2021 nous continuerons à nous réinventer ; nous en ressortirons plus forts et unis. » Témoigne-t-elle.

VOIR AUSSI : Montpellier : « Les Premières d’Occitanie » soutiennent l’entrepreneuriat au féminin

Elle envisage de mettre en place deux actions majeures : « Le Printemps des Hirondelles » sur le thème de la biodiversité humaine, et « La Savonnette » pour les personnes sans domicile et sans accès à l’hygiène.

« Incubateurs d’actions », session réalisée en ligne le 9 décembre dernier, a permis aux membres de la JCE de faire émerger de nouvelles idées d’actions à potentiellement inaugurer en 2021. Amandine et les autres membres espèrent aussi pouvoir célébrer les 60 ans de leur association, malheureusement déprogrammée cette année en raison de l’épidémie.

Montpellier a été sacrée « Meilleure Jeune Chambre Economique d’Occitanie » lors du congrès régional du 12 décembre 2020. 

La JCE de Montpellier souhaite continuer à travailler avec les différents acteurs de son territoire. « Cette culture d’ouverture se traduira aussi au sein de notre mouvement par l’incitation de nos membres à se déplacer sur les événements JCI (régionaux, nationaux et internationaux). Nous allons par ailleurs renforcer notre accompagnement pour les aider à monter en compétences par la prise de responsabilités et par la formation », poursuit Amandine Verdier.

Partager l'article :