© Illustration

Le CNED pour l’option en langues régionales en breton, basque, corse,  occitan (LVC) pour les élèves de première et de terminale au bac : une  première avancée !

Depuis le 1er octobre, sur demande auprès de leur lycée, les lycéen.ne.s de première et de  terminale peuvent choisir d’étudier en LVC une langue régionale avec le CNED. Ce dispositif, rendu officiel tout récemment sur le site du CNED, permettra de nouveau aux  élèves de première et de terminale de choisir le breton, le corse, l’occitan ou le basque en  option (LVC) dans le cas où cette option ne serait pas enseignée dans leur lycée.  

Depuis la réforme du bac toujours en cours, il n’était plus possible en effet de choisir une de  ces langues en option (autrefois LV3) en candidat libre, notamment pour les lycéens et  lycéennes ayant suivi un enseignement bilingue en langues régionales au cours de leur  scolarité jusqu’au collège.

Les inscriptions doivent se faire par l’intermédiaire du lycée et ne sont pas individuelles.  L’élève en première et en terminale générale, souhaitant suivre en LVC une des 4 langues  régionales proposées par le CNED, doit pour cela transmettre une demande d’inscription à  son établissement scolaire avant le 4 novembre.

Cette possibilité de choix d’une langue régionale au bac par le CNED a pour effet de fournir  une solution à certaines difficultés dans des lycées n’offrant pas encore cette option dans les  académies concernées, ou dans le cas où des élèves hors de ces académies souhaiteraient la  choisir en raison de liens avec les territoires où sont parlées ces langues.

Nous nous réjouissons de la parution de la note de service du 28-7-2021 et du tableau des  coefficient2 qui établissent une égalité de traitement entre LCA et LVR :
– possibilité de cumul de deux options
– coefficient aligné

Ces modifications étaient réclamées depuis 2 ans par le collectif Pour que vivent nos langues.

Enfin, le collectif demande la pleine application de l’article 7 de la loi Molac dans ce  domaine, à savoir la généralisation de l’enseignement des langues régionales dans le cadre  de l’horaire normal d’enseignement (de la maternelle au lycée) dans le cadre de  conventions entre l’État et les Régions et ce « dans le but de proposer l’enseignement de la  langue régionale à tous les élèves.

Pour Que Vivent Nos Langues

Partager l'article :