FO Gard (© Illustration)
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

La Commission Administrative unanime du 27 novembre 2020 de l’Union Départementale FORCE OUVRIERE du Gard s’est prononcée pour le retrait de la loi dite « de sécurité globale » qui porte atteinte gravement aux droits des citoyens et des salariés qui souhaitent défendre leurs intérêts et revendications.

Comment admettre dans notre pays ce que nous réprouvons dans d’autres qui subissent le muselage de l’information, la surveillance permanente par drones avec reconnaissance faciale et archivage des données et des pouvoirs de police régaliens accordés à des polices locales et même des sociétés de sécurité privées ?

C’est pourtant tout cela que contient cette loi.

Mais, semble-t-il, ce n’est pas suffisant pour ce gouvernement qui vient, en catimini, dans le dos des organisations syndicales et autres organisations démocratiques, par le décret n°2020-1511 du 2 décembre dernier modifier les dispositions du code de la Sécurité Intérieure dénommé « Prévention des atteintes à la sécurité publique ». 

Ces modifications permettent de ficher les personnes en raison de leurs « opinions » politiques, « convictions » philosophiques ou religieuses et leur « appartenance syndicale », toutes données intégrées comme potentiellement constitutives d’atteintes à la sécurité publique et à la sûreté de l’État… 

Ce décret rajoutant au titre des personnes, les « personnes morales » et « groupements » , ce qui en clair signifie pour nous les syndicats.

Informé de tous ces faits, le Bureau Départemental de l’UD FO du Gard du 7 décembre 2020 unanime condamne ce décret et en demande également le retrait avec celui de la loi « Sécurité globale ».

Il alerte les syndicats FO du Gard, et au-delà tous les salariés du département, sur ce qui apparaît comme le tissage d’une toile d’araignée mettant en cause les libertés fondamentales sans lesquelles le syndicalisme libre ne pourrait exister.

Au lieu de répondre depuis des années aux légitimes revendications des salariés et des agents publics, notamment en matière de moyens pour des services publics à la hauteur des réponses nécessaires à la population confrontée à la crise économique et sanitaire et leurs conséquences, nous constatons que les gouvernements de Monsieur Macron se sont engagés dans la mise en place d’un régime autoritaire répressif parmi les pires de notre histoire. Régime qui aboutit à la rupture entre la population et les institutions de la vie sociale. Ce qui accroît la souffrance des agents publics de toutes les catégories.

Le Bureau départemental appelle donc tous les syndicats de l’UD FO à informer largement leurs adhérents et à participer activement à tous les mouvements départementaux et nationaux demandant le retrait de ces textes. Il mandate le Secrétaire Général de l’UD pour agir en ce sens, si possible dans l’unité avec les organisations poursuivant le même but, et seul si nécessaire. 

OUI A LA SECURITE SOCIALE, NON A LA SECURITE GLOBALE 

MAINTIEN DE TOUS LES DROITS, DES LIBERTES DEMOCRATIQUES, DU DROIT DE MANIFESTER NON A LA CASSE DES SERVICES PUBLICS 

Suite au dépôt d’un appel à rassemblement devant la Préfecture du Gard le samedi 12 décembre à 15h par la Libre Pensée du Gard pour le retrait de la loi « Sécurité globale », l’UD FO appelle tous ses syndicats à y participer avec leurs badges, banderoles et drapeaux.

Partager l'article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram
À LA UNE

Montpellier : Le festival Scène d’Expression Végétale Ephémère s’ouvre (en avance) sur « L’arbre : le lien du sol au ciel »

Une conférence pour amorcer en douceur, la 4e édition du festival Scène d’Expression Végétale Ephémère |S|E|V|E| qui se déroulera du 15 au 17 octobre prochain autour de la thématique de...

Jean-Marc Oluski, Président du Medef Montpellier, Matthieu Ourliac, Président du Medef Béziers, André Deljarry Président de la CCI Hérault et Grégory Blanvillain, Président de la CPME Hérault (©JPV)

CCI Hérault : André Deljarry candidat à sa succession pour « lancer ici et maintenant un cycle de développement économique pérenne »

Les Chambres de commerce et d’industrie (CCI) sont des établissements publics de l’État gérés par des chefs d’entreprise élus. En cette fin d’année 2021, et pour cinq ans, les dirigeants...

VIDÉO, INTERVIEW, ÉMISSIONS​
LES PLUS LUS
SOUTENEZ LE MOUVEMENT

Soutenez Le Mouvement !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 66% !

Je participe
ANNONCES LÉGALES