Montpellier-web-commercants
Mairie de Montpellier - Photo © Le Mouvement
Mairie de Montpellier - Photo © Le Mouvement
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

Quelques jours après le Conseil de Métropole, du lundi 23 novembre dernier, et fidèle à sa promesse mise en place depuis la rentrée scolaire de détailler à la presse, en primeur, les principaux dossiers du territoire à quelques jours d’un Conseil, Michaël Delafosse tenait ce vendredi 27 novembre une visio-conférence de presse pour le Conseil Municipal de Montpellier qui aura lieu le lundi 30 novembre. Au programme, l’éducation tient une place centrale. Mais pas seulement. 

Quelques jours après avoir rencontré Anne Hidalgo à Paris, en évitant de détailler le contenu de leurs échanges à la presse locale à son retour à Montpellier, Michaël Delafosse a pris le temps cette fois de détailler les dossiers chauds de l’actualité pour la ville, dont il est l’édile depuis le 28 juin, en tout cas les sujets qui lui paraissent important.

« Avant même d’en venir au fond des dossiers, je me dois, au nom de l’ensemble des composantes de la majorité au travail pour la Ville, de vous dire que nous sommes unanimement préoccupés par la situation actuelle vis-à-vis de votre profession [journalistes, ndlr]. Cela pose un certain nombre d’inquiétudes, de questions et aussi vis-à-vis de cet article 11 concernant la Liberté d’Expression en France », entame Michaël Delafosse, solennel.

« Nous sommes au travail »

Cela dit, l’édile n’oublie pas les raisons qui expliquent ladite visio conférence de presse. « Nous sommes au travail ». L’homme fort de la ville l’a répété plusieurs fois tel un mot d’ordre, un mantra dans sa vision des choses. « Malgré la crise économique et sanitaire que nous traversons tous, nous sommes au travail et nous confortons chaque jour un peu plus, la priorité que nous voulons donner à l’éducation », a ainsi expliqué Michaël Delafosse. Un thème d’activité majeur, pour celui qui est lui-même enseignant dans un des collèges publics de la ville.

Dès lors, Michaël Delafosse, entouré de Coralie Mantion (EELV), Hervé Martin (Parti Communiste Français) et Fanny Dombre Costes (Cheffe de file des socialistes à la ville & 1re adjointe à l’éducation à la ville à l’éducation). Cette dernière ne cachait pas son sourire, malgré le masque, lorsque Michaël Delafosse a annoncé, en première annonce de sa conférence, son choix de « financer 1 vidéo projecteur par classe primaire dans toute la ville ». En 2021, pas moins de 977 classes sont concernées par ce projet. L’annonce représente la coquette somme de 3.410.000 d’euros. Une somme lourde. Même s’il ne le dit pas lui-même, Michaël Delafosse a anticipé la remarque en expliquant que « pour financer un tel projet, on sollicitera diverses aides, notamment auprès de l’Union Européenne, via le FEDER. Les aides obtenues pourraient représenter jusqu’à 60% du montant total ». Chacun fera le calcul et se fera son avis…

Même si les écoles restent ouvertes, parfois, leurs accès s’avèrent très difficiles. Pour y remédier, la municipalité a fait le choix de « rajouter de la bienveillance aux abords des écoles de la municipalité ». Mais, avant même de songer à la bienveillance, le Maire a précisé qu’il s’agissait aussi de permettre à des gens de « surveiller, en accord avec la ville, les accès de nos écoles ». Soucieux de constater que sur certains sites éducatifs, les enfants prenaient des risques pour se rendre à pied au sein des écoles, l’édile veut également permettre à des personnes d’avoir un salaire, un complément de revenus constant pour sortir de la difficulté, des

« On veut redonner de l’ambition au quartier de la Paillade ! »

La ville s’étend. Vers Port Marianne, les immeubles poussent comme des champignons ! De l’autre côté de la ville, la situation s’aggrave et la précarité gagne du terrain. Conscient de l’écart entre les deux territoires de la même ville, Michaël Delafosse a rappelé son engagement de campagne de « faire une ville rééquilibrée, dans laquelle chaque citoyen soit au même niveau, quel que soit son quartier. » Déterminé à mettre en action ses promesses de campagne, Michaël Delafosse a annoncé qu’il avait « de nombreuses idées sur la Paillade. » Après avoir annoncé courant octobre que la Tour d’Assas sera complètement détruite en 2024, le Maire a annoncé une acquisition majeure. « Le site de l’Urssaf situé en plein cœur de la campagne était inoccupé. Nous l’avons acheté. Nous validerons publiquement cet achat au prochain Conseil municipal ».

Mais pour y faire quoi ? Il rappelle la récente fusillade à la Mosson en plein après-midi, et évoque cet événement dramatique, pour rappeler que « sur ce secteur de la Ville, la municipalité n’est pas assez présente. Ce nouvel outil représente 3000 mètres carrés disponibles dès les prochaines semaines. Des services publics, voire aussi un tiers lieu pourrait y être créé, très prochainement. Mais, on peut aussi envisager de voir des locaux d’aides aux personnes âgées résidant là-bas y être installés ». Les idées sont aussi louables que nombreuses. « Les choix d’installation seront définis, arrêtés en co-construction avec les habitants du quartier », a fait savoir Michaël Delafosse. Nul doute que les riverains, premiers concernés par cette annonce phare, attendent, eux, de voir des changements concrets.

Cette « acquisition récente », pour reprendre les mots du Maire, sera donc évoquée ce lundi 30 novembre lors du Conseil municipal. « Nous avons énormément d’idées précises, nous réétudions certains projets, nous essayons d’accélérer sur d’autres. Car nous, nous ne voulons laisser aucun territoire de côté au cours de cette mandature ». Visiblement, le quartier prioritaire de la Mosson et de la Paillade pourrait bien être le fil rouge d’un mandat qui, décidément démarre sur les chapeaux de roues !

Partager l'article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram
À LA UNE

Covid-19 : Reconfinement, jolie communication politique et crise sanitaire

Le gouvernement n’écarte pas l’hypothèse d’un troisième confinement. Celui-ci pourrait être mis en place fin janvier, début février. Après deux confinements et un couvre-feu national instauré entre 18 heures et...

Montpellier. Laïcité, Audrey Marc : « notre inquiétude, c’est l’importation de conflits extérieurs à l’école, dans l’école »

Hérault. Des enseignants signent une tribune pour dénoncer l’organisation de débats politiques dans les établissements scolaires. Devant un possible nouveau débat, et un nouveau déplacement prochainement du personnel politique en...

ANNONCES - PUB
VIDEO, INTERVIEW, EMISSIONS​
LES PLUS LUS

Soutenez Le Mouvement

Montpellier manif 3juin2020

Faire sens, bousculer les repères, et ouvrir des perspectives : tel est le contrat que Le Mouvement, média, libre et indépendant, passe avec chacun de ses lecteurs.