Emmanuel Macron (CR Compte Facebook - Emmanuel Macron)
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram

Point de déconfinement, sémantique oblige, mais un allègement du confinement. Voilà en résumé, le contenu du discours présidentiel.

Ce mardi 24 novembre, le Président avait décidé de s’exprimer dans une allocution radiotélévisée à l’adresse du peuple français.

VOIR AUSSI : Le Rendez-Vous avec André Deljarry : « Je ne veux jamais opposer crise sanitaire et crise économique »

Après une petite auto-congratulation, « nos efforts, vos efforts ont payé », le discours pouvait commencer.

Le « déconfinement » commencera au 28 novembre au matin.

Selon le Chef de l’État, le système de l’attestation restera en vigueur, les promenades et activités physiques en extérieur seront accordées 20 kilomètres du domicile et pour trois heures, les activités extrascolaires seront à nouveau autorisées et surtout les commerces et les lieux de cultes pourront rouvrir.

Le 15 décembre, une autre étape devrait s’ouvrir, « si les objectifs sanitaires sont atteints », alors les activités extrascolaires en intérieur devraient pouvoir reprendre et les cinémas, théâtres, musées et salles de spectacle rouvrir. En parallèle, « un couvre-feu de 21 heures à 7 heures du matin sera mis en place. Nous pourrons circuler librement les soirs des 24 et 31 décembre pour partager ces moments en famille. Mais les rassemblements sur la voie publique ne seront pas tolérés durant toute cette période. »

Concernant les stations de ski, le Président de la République précise : « il me semble impossible d’envisager une ouverture pour les fêtes, il faudrait mieux privilégier une ouverture en janvier ».

« Une troisième étape sera fixée au 20 janvier »

Le chef de l’État prévient, « si le nombre de contaminations demeure en dessous de 5 000 cas par jour les salles de sport et les restaurants pourront rouvrir, et le couvre-feu pourra être décalé. Les lycées, qui bien souvent aujourd’hui fonctionnent par demi-classe, pourront à ce moment-là être pleinement rouverts avec la totalité des élèves présents durant les cours. Quinze jours plus tard, ce sont les universités qui pourront reprendre les cours, avec, là aussi, une présence physique de tous les élèves. Nous ferons ainsi le point tous les 15 jours sur la situation sanitaire et déciderons alors si nous pourrons prendre des mesures supplémentaires d’ouverture. »

« Je ne rendrai pas la vaccination obligatoire »

Emmanuel Macron veut rendre plus rapide l’arrivée du résultat d’un test, « début janvier, aucun test ne devra mettre plus de vingt-quatre heures entre la demande de test et son résultat. » En parallèle, le président de la République souhaite mettre en place un dispositif d’isolement des malades plus contraignant.

Sur le futur vaccin, le chef de l’État a été précis, « la vaccination doit se faire de manière claire et transparente en partageant à chaque étape toutes les informations », une campagne de vaccination sera mise en place, mais le Président est clair : « Je ne rendrai pas la vaccination obligatoire. »

En Occitanie, la situation sanitaire s’améliore, pour la première fois depuis l’été. Les principaux indicateurs de surveillance épidémiologique Covid-19 s’orientent à la baisse.

VOIR AUSSI : [VIDÉO] Covid or not Covid, et si l’Hôpital français était, quoi qu’il arrive à bout de souffle ?

Selon les services de l’Agence Régionale de Santé, les recours aux soins hospitaliers commencent à diminuer, mais la mortalité reste néanmoins forte pour les décès survenus à l’hôpital et en EHPAD. À l’hôpital, c’est ainsi près de 700 lits qui restent mobilisés dans les services de soins critiques en Occitanie (occupés à 83% ces derniers jours), ils accueillent désormais moins de patients Covid, ce qui favorise la poursuite des interventions prioritaires qui ne pouvaient être reportées.

Au 24 novembre 2020, il y a au total, en Occitanie, 1 884 hospitalisations en cours (-147 en 4j) dont 330 en réanimation (-36) et 1579 décès à l’hôpital (+99). En pratique, plus de 1099 cas positifs (par jour) ont été signalés aux équipes de l’Assurance Maladie en Occitanie (7 099 cas depuis le 17/11). En moyenne, 11 % des tests sont positifs en Occitanie. Près de 154 000 tests ont été réalisés ces 7 derniers jours dans la région.

Selon le dernier bilan du coronavirus en France, communiqué le 24 novembre dans la soirée, il y a, 2 153 815 cas confirmés (+9 155 en 24h), 50 237 décès (+1005 en 24h), 34 399 décès à l’hôpital (+454 en 24h) et 15 838 (+551 en 24h) décès en EHPAD et EMS.

En parallèle, la loi très controversée sur la « sécurité globale » a été adoptée à l’Assemblée nationale, en première lecture, à 388 voix pour et 104 voix contre.

VOIR AUSSI :

Forte mobilisation à Montpellier, contre la loi Sécurité globale

C’était « presque » inéluctable, le texte a été adopté ce mardi 24 novembre en première lecture, par 388 voix contre 104 et 66 abstentions.

Dans le texte, l’article 24 cristallise les critiques, en nuisant directement au travail des journalistes et à l’activité des éditeurs de presse en bridant le fragile écosystème démocratique de l’information.

En pratique, la majorité souhaite pénaliser d’un an de prison et 45 000 euros d’amende la diffusion de « l’image du visage ou tout autre élément d’identification » de membres des forces de l’ordre en intervention, dans le cadre où elle porterait « atteinte » à leur « intégrité physique ou psychique ». Lundi, la Commission européenne a rappelé que les journalistes devaient pouvoir « faire leur travail librement et en toute sécurité ».

Dans l’Hérault :

  • Patricia Mirallès, Coralie Dubost, Jean-François Eliaou, Philippe Huppé, Emmanuelle Ménard, Christophe Euzet, Nicolas Démoulin ont voté pour.
  • Muriel Ressiguier a voté contre.
  • Patrick Vignal s’est abstenu.

La loi « quelque peu » liberticide pourrait être examinée, en première lecture, au Sénat. Le Premier ministre a déjà annoncé qu’il saisirait le Conseil constitutionnel à propos de l’article le plus controversé de la loi, l’article 24.

Partager l'article :

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur email
Partager sur telegram
À LA UNE

[VIDEO] Rassemblement contre le LIEN, pour René Revol, « il faut une rupture pour mettre en application nos idées et nos valeurs »

[VIDEO] Le Maire de Grabels et Vice-Président de Montpellier Méditerranée Métropole organisait ce samedi, un rassemblement devant la Mairie pour « défendre notre patrimoine naturel commun ». VOIR AUSSI : Hérault, le...

Septembre 2021 Sophie Béjean, Amélie de Montchalin, Michaël Delafosse, Philippe Augé (©JPV)

[VIDEO] Talents du service public : « Vous incarnez un grand espoir, celui de rapprocher l’action publique, des Français »

Vendredi 17 septembre, la ministre de la Transformation et de la Fonction publiques, Amélie de Montchalin lançait aux étudiants, « vous incarnez un grand espoir, celui de rapprocher l’action publique, des...

VIDÉO, INTERVIEW, ÉMISSIONS​
LES PLUS LUS
SOUTENEZ LE MOUVEMENT

Soutenez Le Mouvement !

Votre don est défiscalisable à hauteur de 66% !

Je participe
ANNONCES LÉGALES