Montpellier : Pour Nous Sommes, « Michaël Delafosse choisit ses opposants parmi ses amis »

Michaël Delafosse et Max Lévita (CR AM)

Contradictoire oblige, la présidence de la commission des finances de la ville de Montpellier revient communément à un membre de l’opposition municipale. Parmi les candidats on retrouvait la cheffe de file de « Nous Sommes Montpellier », Alenka Doulain.

VOIR AUSSI : Lewis Chambard coupable d’avoir décroché le portrait de Macron… dispensé de peine ! 

C’est pourtant Max Lévita, issu de la liste conduite par Philippe Saurel, arrivé en deuxième position aux élections municipales de juin dernier, qui a été préféré.

Une nomination qui ne passe pas pour le collectif « Nous Sommes », qui dénonce « un nouvel exemple de la cousinade que nous avons tant dénoncée pendant la campagne et qui gangrène la vie démocratique de notre ville. » Le collectif citoyen dresse un portrait au vitriol du nouveau président de la commission des finances un« élu à la ville de Montpellier depuis 1983 et qui cumule plus de 44 années de mandat. Max Lévita, ancien membre avec Michaël Delafosse du Parti Socialiste. Max Lévita, ancien adjoint avec Michaël Delafosse de Madame Mandroux pendant 6 ans. Max Lévita déjà nommé par Michaël Delafosse pour siéger dans 4 commissions et 2 Conseils d’Administration.

Pour le mouvement élu grâce à une alliance avec le milliardaire Mohed Altrad, « Monsieur Delafosse veut choisir son opposition parmi ses amis et anciens camarades, il tente depuis 3 mois de museler notre porte-voix au sein du Conseil municipal. Après nous avoir empêchés de nous constituer en groupe et alors que notre travail de propositions est reconnu de toutes parts, il est clair que le maire-président a fait le choix d’une opposition bien docile. »

« Nous Sommes » organise son forum de novembre « Peut-on limiter l’expansion de Montpellier ? »

Pour le collectif, il s’agit de profiter du confinement pour s’atteler à la question du modèle d’expansion de Montpellier. « Peut-on continuer à accueillir sans grossir ? Qu’est-ce qui peut être fait pour éviter que les Montpelliéraines et Montpelliérains ne perdent tous les jours un peu plus d’espaces verts et agricoles ? les luttes contre les « projets inutiles » sont elles efficaces pour lutter contre la bétonisation ? et puis au final, d’autres villes ailleurs dans le monde arrivent-elles à inventer un autre modèle que celui de l’étalement urbain ? « 

Le forum se déroulera jeudi 19 novembre, à partir de 21h, le lien peut être retrouvé sur la page Facebook du collectif.