Nouvelle acquisition au Musée Fabre : « Palavas-Les-Flots » d’Edouard-Antoine Marsal

Montpellier Nouvelle acquisition du Musée Fabre - Palavas-Les-Flots d'Edouard-Antoine Marsal
Edouard-Antoine MARSAL (1845-1929) ; Palavas-les-Flots (1889) ; Huile sur toile ; H. 55 cm - L. 100 cm

Le Musée Fabre de Montpellier vient d’acquérir une peinture de l’artiste Edouard-Antoine Marsal. Cette peinture sera mise à l’honneur à l’occasion de l’exposition « La beauté en partage – 15 ans d’acquisition au Musée Fabre ». Elle se tiendra du 13 février au 9 mai 2021. 

VOIR AUSSI : Confinement : C’est non ! Pour les coiffeurs à domicile

Cette toile figure une scène de la vie quotidienne à Palavas-Les-Flots qui met en exergue les paysages de la station balnéaire. L’acquisition de cette toile de très grandes dimensions et dans un excellent état de conservation enrichit ainsi le fonds dédié à l’artiste ainsi que tout l’ensemble des paysages méridionaux uniques.

La toile sera mise en lumière autour d’une exposition représentant les paysages de la société montpelliéraine du XIXe au XXe siècle. Cette exposition proposera aussi une immersion dans des collections italiennes, jusqu’à l’univers singulier de Jean Hugo au Grand Siècle français autour de la figure de Sébastien Bourdon.

Cet événement mettra également à l’honneur les artistes du musée, de son fondateur François-Xavier Fabre, jusqu’aux artistes contemporains, auxquels sera dédiée la dernière salle du parcours.

Edouard Antoine Marsal, un artiste d’ici 

Edouard-Antoine est né en 1845 à Montpellier. Il débute sa formation artistique dans les ateliers de Charles Matet, peintre de la ville et portraitiste attitrés des élites montpelliéraines.
À 16 ans, Edouard-Antoine obtient une bourse de la ville pour partir étudier à l’École des Beaux-Arts de Paris où il entre dans l’atelier d’Alexandre Cabanel, artiste également montpelliérain et dont l’oeuvre et son atelier sont exposés au Musée Fabre.
Il revient à Montpellier dans les années 1870 et s’impose comme l’un des portraitistes les plus incontournables de la ville. Il prend également part à la vie associative régionale qui le conduit à intégrer les rangs du Félibrige de Frédéric Mistral, écrivain à l’origine du Museon Arlaten où sont présentées des toiles de l’artiste.
Durant les années 1890, quelques années après la réalisation de cette vue de Palavas-les-Flots, l’engagement de l’artiste au sein du Félibrige lui vaut l’obtention du grade de majoral félibre.