Quelques jours après le sordide assassinat de l’enseignant Samuel Paty, son nom était dans toutes les têtes ce matin, lors de la session du Conseil Départemental de l’Hérault présidé par l’indéboulonnable Kléber Mesquida. Compte-rendu. 

La quasi-totalité des 50 conseillers était présente ce lundi 19 octobre 2020, dans l’imposant salon Jean Bene de l’Hôtel du Département. L’ordre du jour était copieux entre la gestion des véhicules du territoire, la situation du RSA dans le département, la mise en place de diverses aides pour les concitoyens… Mais, dans les informations du Président, en préambule de chacune des séances publiques, le Président Kléber Mesquida a tenu à « saluer solennellement la mémoire de Samuel Paty, enseignant près de Paris, victime d’un atroce crime le vendredi 16 octobre dernier ». 

L’actualité du jour prenant toujours le pas sur les drames récents, le Président Mesquida a déroulé sans grandes difficultés, l’ordre du jour. Les débats ont été courtois, sans accrochage notoire. 

L’attribution de nouvelles aides à l’achat de Vélos à Assistance Electrique a ainsi été présentée par le Conseiller Cyril Meunier, par ailleurs maire de Lattes et Conseiller de Montpellier Méditerranée Métropole. Soucieux de rebondir à son tour sur l’actualité, le Conseiller général a insisté sur le côté « très concret » du dossier présenté par l’élu départemental. 

Pas moins de 148 personnes sur l’ensemble du territoire départemental sont concernées par les aides attribuées ce matin. « Je tiens à signaler que ce travail que nous menons en faveur du vélo à assistance électrique est dans la droite ligne des travaux menés dans le même sens et avec le même objectif par la Région que préside Carole Delga et aussi et surtout depuis, par la Métropole de Montpellier que préside depuis peu notre ex-conseiller départemental, Michael Delafosse ». Habile façon de rappeler que dans l’Hérault, toutes les collectivités travaillent de concert. 

Dans les faits, le montant précis de l’aide intitulée « Chèque Hérault Vélo » s’élève à 250 euros et le montant de l’aide baptisée « Chèque Hérault Mobilités » s’élève à 200 euros. Sans difficulté ni discussion, le rapport sur ces aides a été adopté par l’assemblée.

Autre sujet chaud de l’actualité, dont le Président Kléber Mesquida n’était pas peu fier qu’il revienne dans les débats : la deuxième édition du « Budget Participatif Citoyen Hérault » pour l’année 2021. 

C’est l’élue Julie Garcin Saudo, travaillant sur le canton de Pézenas, qui a présenté ce rapport à ses collègues, ce matin. « Le 24 juin 2019, notre Assemblée a lancé la première édition d’un dispositif de participation citoyenne concrète, baptisée le Budget Participatif », a rappelé l’élue, déléguée à l’égalité des chances et à la citoyenneté aux côtés du Président Mesquida.

« Pas moins de 400 idées de projets ont été déposées ces derniers mois », s’est félicitée l’élue départementale avant d’ajouter, qu’elle y voit « la preuve incontestable selon laquelle le Budget Participatif que nous avons mis en place répond clairement aux attentes de nos habitants, de nos concitoyens dans leur ensemble »

Soucieuse de compléter sa propre proposition, l’élue a précisé « qu’un dispositif ‘Projets Jeunes’ est ajouté au système initial », lancé à l’été 2019. Celui-ci a pour but de permettre aux habitants de l’Hérault de moins de 18 ans qu’ils soient sans emploi, apprentis, collégiens, lycéens de proposer des idées correspondant précisément à leurs besoins au quotidien.

Un palmarès des projets gagnants sera établi et rendu public de façon à respecter un parfait équilibre entre les différents territoires du département. Une enveloppe de 1,5 million d’euros est prévue sur ce dossier. Comme pour le plan d’aide aux Vélos à Assistance Electrique, le rapport a été adopté par l’assemblée sans difficultés.

Quelques minutes avant la clôture de la séance, la création d’un collège public sur le quartier Port Marianne a été publiquement évoquée par le Président Mesquida. Prenant la balle au bond, Sauveur Tortorici, élu du 3e Canton sur Montpellier a pris la parole pour suggérer que « ce futur établissement scolaire soit dès à présent baptisé du nom de Samuel Paty, lâchement assassiné en fin de semaine dernière à Conflans-Sainte-Honorine dans les Yvelines ». 

« Nous recevons et prenons bonne note de la proposition et elle sera étudiée dès les prochains jours par la collectivité », a répondu le Président Kléber Mesquida, visiblement très sensible à l’idée du conseiller proche de l’ancien Maire de Montpellier, Philippe Saurel et colistier inscrit dans le groupe Hérault Citoyens.

Comme quoi, ce matin, Samuel Paty était dans les pensées de tous les conseillers, quelles que soient les sensibilités politiques et la fonction professionnelle. Dans les prochains mois, ce nom sera peut-être marqué sur le fronton d’un établissement scolaire public. Un beau signe, pour ne pas oublier le drame qui a marqué le monde éducatif notamment, ce triste vendredi 16 octobre 2020.