Castelnau-le-Lez, une conférence de presse salle des mariages, comme un symbole pour une nouvelle union avec les administrés. Frédéric Lafforgue, maire de la ville souhaite ancrer son mandat avec, explique-t-il : « une méthode de travail collégiale et une visibilité de nos actions. »

« 100 jours de mandat, et 100 jours avec des actions fortes »

« 100 jours de mandat, et 100 jours avec des actions fortes, » c’est l’accroche de cette présentation de ce vendredi 16 octobre. Quatre thèmes sont déployés : le service à la population, les aménagements durables, l’attractivité économique et numérique, et enfin l’innovation et la participation citoyenne. Très bien entouré, le maire de Castelnau-le-Lez a organisé une répartition de « la parole aux élus qui sont au cœur de l’action » et a montré une volonté « de rendre compte » de ses actions, formalisant ainsi une promesse de campagne qui s’inscrit dès lors comme un processus de fonctionnement démocratique.

« Lancer une nouvelle ère sur l’urbanisme »

Frédéric Lafforgue ne s’est dérobé devant aucune question sur le sujet, entrant même dans le détail sur « l’affaire » du chêne vert de la rue de Salaison, qui à elle seule justifie de « lancer une nouvelle ère sur l’urbanisme. » Le maire de Castelnau-le-Lez met en place un projet global pour la commune, et désire accompagner ce territoire de façon durable : « on va lancer des études urbaines sur l’avenue de l’Europe qui va avoir 15 ans, et l’on souhaite une modification du PLU. » Frédéric Lafforgue affirme engager des projets raisonnés, et en concertation avec la métropole dans l’attente de la modification du PLUi à l’aube de 2023. Lui-même vice-président de la Métropole, et président délégué de la commission voiries et espace public confirme un dialogue établi avec Coralie Mantion, également vice-présidente de la Métropole, et présidente déléguée de la commission aménagement durable du territoire, urbanisme et maîtrise foncière.

« Il fait bon vivre à Castelnau, même en ces temps difficiles » aime à dire Frédéric Lafforgue. L’élu semble vouloir écrire une nouvelle page politique, l’urbanisme en sera l’un des marqueurs, pour peut-être sortir d’une urbanisation du tout profit, de la niche fiscale et de la loi Pinel, et entrer dans l’ère où l’on modélise enfin, les liens entre bien-être et urbanisme.

Interview Frédéric Lafforgue, Maire de Castelnau-le-Lez, Vice-président de Montpellier Méditerranée Métropole, Président délégué de la commission Voiries et espace public :

Environnement, la nouvelle équipe municipale a agi en faveur du développement durable et de l’économie d’énergie. Ainsi les éclairages du stade Jean Fournier ont été modifiés pour passer à la LED impliquant une baisse de 31% de la consommation. 400 m2 de panneaux photovoltaïques permettent une production d’électricité en autonomie pour le Pôle enfance Madiba et le Palais des sports, avec même un surplus réinjectable dans le réseau.

Symbole fort : la création d’une maison de la ville durable

Créée à la Glacière, cette maison a pour fonction de donner de la visibilité aux actions menées par la commune et de permettre la diffusion de bonnes pratiques et d’informations sur la ville durable : une première dans le département.

Une stratégie économique se basant sur la relance

Décidément des chiffres lors de cette conférence de presse, 5000 c’est le nombre d’entreprises que compte la Ville de Castelnau-le-Lez. Un dynamisme affiché en développant des partenariats avec ces entreprises et en initiant une volonté municipale de booster l’écosystème numérique pour répondre aux enjeux des métiers de demain.

Il faut compter aussi sur l’accélération de la stratégie d’investissement à travers le lancement de grands chantiers : l’extension du Palais des Sports, le groupe scolaire Jacques Chirac, et l’extension de l’école Les Petits Princes qui bénéficie déjà d’une anecdote savoureuse grâce à l’autorité d’un autre chêne vert qui a modifié le projet initial en passant de l’étalement urbain à une surélévation de l’établissement. C’est à croire qu’à Castelnau, les arbres se parlent.

Démocratie participative

Soucieux de motiver ses concitoyens, Frédéric Lafforgue fait un dur constat sur le manque de participation aux dernières élections municipales 34 et 38% : « je veux bien que l’on ait un contexte sanitaire […] mais il y a quand même des signaux […] il faut aller vers nos populations, expliquer ce que l’on fait, dire ce que l’on fait et faire ce l’on dit. C’est dans cette perspective que l’on reviendra régulièrement auprès des Castelnauviennes et des Castelnauviens. »

L’idée centrale : placer l’innovation au cœur de l’action politique de la commune et renforcer la démocratie participative : https://castelnaulelez.projetsdemaville.com c’est la plateforme de démocratie participative permettant à tous les habitants de participer en votant pour le choix final de projets. À suivre donc, et rendez-vous pour les 100 prochains jours.