[Communiqué de presse] L’Union Départementale Cgt de l’Hérault tient à réagir au passage au plan blanc à l’hôpital de Béziers après ceux de Montpellier et de Sète.

Illustration CGT CHU Montpellier (CR)

Comme nous le redoutions la pandémie COVID continue à progresser, affecte  nos vies, crée du doute et des peurs légitimes et appelle à la prudence et au respect  de l’ensemble des gestes barrières. 

Nous réaffirmons notre plein soutien à l’ensemble des personnels qui sont confrontés à cette deuxième vague. Nous pensons aux familles et aux usagers.

La gravité du moment rend d’autant plus urgent un changement de politique majeur que ce gouvernement refuse toujours, et une majorité qui vote un PLFSS qui  impose encore 4 milliards d’économie à notre système de santé. Une honte après que  3900 lits aient été fermés en 2019. La COVID tue, les plans de rigueur et d’austérité  rendent malade l’hôpital et l’ensemble de nos politiques de santé.

Le 15 octobre, l’ensemble du secteur de la santé et de l’action sociale va mener  des actions sous des formes variées prenant en compte la situation sanitaire. 

La CGT34 les soutient et les encourage à poursuivre leurs actions sous toutes  les formes qu’ils décideront.

Pour rappel : alors que partout on nous parle de suppressions d’emplois, la CGT  revendique un véritable plan de formation et de recrutement de personnels  à hauteur de 100 000 emplois dans les hôpitaux, 200 000 dans les Ehpads et de 100 000 dans l’aide à domicile. 

CGT Hérault