Vendredi 9 octobre. Michaël Delafosse est déterminé, et affiche toujours sa volonté de faire entrer le territoire en transition écologique. Lundi 12 octobre en Conseil de métropole, il sera proposé d’adopter une aide de 500€ pour tout achat de vélo à assistance électrique.

Pour le président de la Métropole de Montpellier, « l’enjeu de la qualité de vie » fait partie de la mission qu’il s’est imposée durant la campagne « je serai un maire qui protège. » En conférence de presse vendredi, ce maire qui protège a rappelé que la France a été condamnée par la justice européenne en octobre 2019 pour avoir dépassé systématiquement la valeur limite pour le dioxyde d’azote depuis 2010. Alors, n’allez pas lui dire que cette mesure de 500€ pour un VAE est gadget.

« Je mets en sécurité… Tous ceux qui respirent l’air de Montpellier »

Un air qui tue 48.000 personnes par an en France. De fait, Michaël Delafosse prévient : « comme c’est un poison lent, nous ne le jugeons pas, mais être responsable en politique c’est prendre des décisions […] Et quand je retire une voiture pour un cycliste, qui je mets en sécurité ? Tous ceux qui respirent l’air de Montpellier. »

500€ sans conditions de ressources

Demander l’aide et participer à « cette vélorution », c’est possible. Méthode : cette aide de 500€ est éligible sans conditions de ressources contrairement aux trois autres : Département 250€, Région 200€, État 200€.  De plus, elle sera cumulable avec ces aides déjà en place. Calcul rapide : les habitants de la Métropole pourront donc bénéficier d’une aide de 500€ à 1.150 € pour devenir cyclistes au quotidien, bref de véritables vélotafeurs.

Une mesure qui devrait être adoptée lundi 12 en conseil de Métropole et qui serait le cas échéant applicable du 1er novembre 2020 au 1er août 2021.

Faire passer de 3% à 10% la part du vélo

Et pour ceux qui souhaiteraient ferrailler sur cette subvention « la plus importante de France » selon le maire de Montpellier, les chiffres de Vélomag fusent  : « vous savez combien coute pour le contribuable l’usage d’un Vélomag par an, en dépense de fonctionnement… 3.000€. » Des objectifs pointent avec cette « aide de 500€ qui est un niveau d’aide inédit, et très ambitieux » et avec la politique des mobilités actives zéro carbone, menée par Julie Frêche et Manu Reynaud : faire passer de 3% à 10% la part du vélo dans la métropole.